Chronique judiciaire : Deux femmes condamnées pour complicité d’excision

Elles ont confié l'excision de leurs enfants à une inconnue

SA et SS  ont comparu devant le tribunal pour répondre des faits de complicités d’excision. SS est une dame de 81 ans, ménagère et mère de deux enfants. Elle est domiciliée à Tougo dans la province du Zondoma.

Il lui est reproché d’avoir assisté, facilité  ou aidé une dame non encore identifiée à pratiquer l’excision sur FA sa petite fille.  Les faits se sont déroulés à Tougo le 21 octobre 2021.

A la barre, la prévenue a reconnu les faits. Selon ses explications, une dame dont elle  ignore l’identité  est arrivée dans sa cour courant octobre  disant qu’elle pratique l’excision. C’est ainsi qu’elle a jugé nécessaire de donner sa petite fille à exciser.  Elle dit ne pas savoir que cette pratique est interdite. La prévenue promet ne plus répéter les faits à elle reprochée.

  Quant à SA, elle  est également domiciliée à Tougo. Elle est  mère de quatre enfants. Aussi prévenue de complicité d’excision, elle explique qu’étant dans son champ, elle entendait des cris dans la cour voisine.

Lire aussiBurkina Faso : « L’excision a fait de ma jumelle et moi des robots »

Arrivée sur les lieux, elle découvre  une dame qu’elle n’a jamais vue entrain de pratiquer l’excision. Elle dit savoir que cette pratique est interdite par plusieurs lois mais s’est  décidée à donner sa fille  SL à exciser. La prévenue dit  ne pas connaître  le nom ni la provenance de l’exciseuse. Aussi elle n’a pas mesuré la gravité de cette pratique.

Les chefs de famille n’étaient pas informés

Les témoins S N et OB, chefs des familles des prévenues, confirment n’être pas informés de cette pratique dans leurs cours.  C’est à travers l’arrivée de la police qu’ils ont appris la nouvelle, expliquent-ils.

 Les prévenues ont été identifiées suite à une enquête policière du commissariat de Tougo dans le Zondoma.

Selon le procureur, le certificat médical établi par un médecin  atteste que les grandes lèvres et les petites lèvres ont été coupées après constat. Conséquence, il demande au tribunal de déclarer les prévenus coupables des faits  de complicité d’excision à elles reprochés,  puis de les condamner à une peine d’emprisonnement de 24 mois assortie de sursis plus une amende de 500 000 francs ferme chacune.

Le tribunal a déclaré les prévenues coupables des faits de complicité d’excision,  puis les a condamnées à une peine d’emprisonnement de 24 mois assortie de sursis, plus une amende de 500 000 FCFA ferme chacune.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page