Burkina Faso : Le CDP appelle ses militants à soutenir les actions du gouvernement

Ce vendredi 15 avril 2022, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboïgo, a livré la lecture du parti sur le verdict du procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons. Le parti s’est abstenu de commenter le verdict.

Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) Eddie Komboïgo a réagi sur la situation nationale. Mais face au verdict du procès Thomas Sankara, le président du CDP a fait savoir que le parti s’abstenait de tout commentaire.

« Si certains y ont trouvé une vérité, d’autres par contre estiment que c’est un simulacre de justice. Suite aux délibérations de la direction du parti réunie à son siège en la date du mardi 12 avril 2022, le CDP s’abstient, par principe, de commenter cette décision de justice qui, du reste, n’est pas définitive car les parties condamnés disposent des voies de recours qu’elles pourront exercer conformément à la loi », a expliqué le président.

Cependant il dit regretter la réaction de certains avocats de la partie civile.

Par contre, tout en se réjouissant de la mise en place des organes de la Transition notamment du gouvernement et de l’Assemblée législative de transition (ALT), le premier responsable a fait savoir que son parti soutenait les nouvelles autorités.

« Le CDP s’est inscrit dans une logique de soutenir et d’accompagner le nouveau régime », a-t-il dit.

Au regard des différentes mesures prises et prévues dans le cadre de l’opérationnalisation effective de la stratégie nationale de défense et de sécurité, Eddie Komboïgo demeure convaincu qu’il y a espoir de réussite.

« Contrairement à ce que certains considèrent déjà comme un échec des nouvelles autorités, le CDP demeure convaincu qu’avec le soutien des filles et des fils patriotes du Burkina, des forces vives de la nation, elles atteindront leurs objectifs et réussiront leurs missions », soutien le président.

Pour mieux jouer sa partition, il a lancé un appel aux populations et à l’ensemble des militants à soutenir les actions du gouvernement dans leur œuvre de refondation de la nation. Selon lui, aucun Burkinabè ne devrait rester en marge de la marche vers la libération du peuple « de la terreur des forces du mal ».

A tous ceux qui ont pris les armes contre « la mère patrie », il les a invités à les déposer et à s’inscrire dans le processus de dialogue en cours à travers les comités locaux crées.

L’ex-chef de file de l’opposition politique a souhaité l’accompagnement des institutions internationales et sous régionales pour le retour de la paix dans le pays, pour la reconquête de l’intégrité territoriale et le retour des déplacés internes dans leurs localités.

Par ailleurs, Eddie Komboïgo a fait savoir qu’il suivait avec la plus grande attention les échanges diplomatiques entre la CEDEAO et les autorités.

Sur la vie du parti, le président a appelé à la discipline et à l’union des partisans. « Je réitère mon appel à l’ensemble des militantes et militants qui nous avaient quittés ou qui sont en veille, de revenir dans notre parti pour qu’ensemble nous travaillions à assurer à nos compatriotes des lendemains meilleurs dans un pays de paix restaurée », a-t-il lancé.

Quant à l’état d’urgence annoncé, pour Eddie Komboïgo, si telle est la nécessité pour le retour de la paix, elle est salutaire.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page