Burkina Faso : La Chambre des mines préoccupée par la situation sécuritaire

Le 9 avril 2022, la société des mines de Taparko annonçait publiquement l’arrêt de ses activités au regard de la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso. En sus de cette société, plusieurs autres vivent des situations difficiles.

Ce jeudi 14 avril 2022, Sandaogo Damiba, Président du Faso, a reçu une délégation de la Chambre des mines du Burkina (CMB)  ainsi que l’ensemble des sociétés minières en exploitation au Burkina Faso.

Conduite par le président de la Chambre des mines, Adama Soro, la délégation est venue exposer au chef de l’Etat, les difficultés actuelles du secteur minier, avec la suspension des opérations de certaines sociétés, peut-on lire dans un communiqué de la Présidence du Faso.

« Les mines qui ont fermé ne l’ont pas fait de gaîté de cœur et c’est pour cela qu’il était important d’exposer ces problèmes, et nous avons eu une oreille attentive du chef suprême des armées et je pense qu’avec les assurances qui nous ont été données, il n’y a pas de raison que les mines en question ne puissent pas reprendre dans les jours à venir » a déclaré Adama Soro.

Après la rencontre avec Sandaogo Damiba, c’est une Président de la CMB qui se veut rassurant. « La plupart des messages nous ont rassuré sur la bonne continuité de nos opérations d’une part et d’autre part sur la sécurité de nos personnels et c’est cela le plus important », a-t-il ajouté.

De l’avis d’Adama Soro, « il était important de venir voir le chef suprême des armées, pour avoir des informations et effectivement, dit-il, nous avons eu des éléments qui nous confortent et nous redonnent confiance pour continuer », a conclu le président de la chambre des mines du Burkina.

En rappel, le Burkina Faso compte une quinzaine de mines d’exploitation industrielle.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page