[Tribune] – «Cette condamnation à la prison à vie complexifie l’œuvre de réconciliation»

Ceci est une tribune de Boubacar Sanou, Premier vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti de l’ancien Président du Faso Blaise Compaoré. Il réagit suite au verdict du Procès du dossier Thomas Sankara et 12 autres.

Le verdict du procès dit « procès Thomas SANKARA » vient de tomber avec des peines prononcées au-delà des réquisitions du parquet. Il fut accueilli par des cris de joie et de victoire pour certains et pour d’autres des cris de rancœurs et de désapprobation. Ceux qui prédisaient que ce procès allait permettre d’amorcer véritablement le processus de réconciliation devront revoir leur position. Les déclarations de chaque camp sont la preuve que la fracture au lieu de se souder s’est plutôt approfondie.

Lire ➡️ Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré et Hyacinthe Kafando condamnés à la prison à vie

Si la division est perceptible au niveau national, qu’en est-il au sein du parti de l’ancien président Blaise COMPAORE ?

Actuellement nous assistons à une guéguerre entre deux tendances : l’aile dite historique et celle dite futuriste tous se réclamant héritiers et du président COMPAORE et du général DIENDERE. Ce verdict vient nous interpeller tous, nous qui nous réclamons héritiers de ces illustres personnages à taire nos rancœurs, nos contradictions, à surmonter nos égos et à fumer le calumet de la paix pour leur rendre hommage et continuer le combat pour leur libération et leur retour dans leur cercle familial dans des conditions dignes.

C’est pourquoi il est d’une nécessité qu’une passerelle s’établisse entre Achille TAPSOBA et Eddie KOMBOIGO président du CDP afin de siffler le large rassemblement pour perpétuer la mémoire de ces personnalités qui demeurent nos repères.

Si nous ratons le coach, nous condamnerons doublement ces personnalités qui ont sacrifié leur vie pour bâtir ce pays.

Si nous ratons ce tournant nous répondrons devant l’histoire et les hommes. Alors militants du CDP mobilisons-nous pour éviter au président COMPAORE une seconde peine qui est la dislocation du parti dont il est le président d’honneur.

Cette condamnation à la prison à vie complexifie l’œuvre de réconciliation tant envisagée par le MPSR et constitue un caillou dans la chaussette de YERO BOLY déjà que les partisans de Thomas SANKARA demandent la tenue de funérailles nationales. Ces funérailles nationales vont elles impliquer les partisans de Blaise COMPAORE et Gilbert Diendéré ?

En attendant que nous du CDP nous puissions nous réconcilier ça sera le plus bel hommage rendu et à Blaise et à Gilbert.

Démocratie Progrès Justice.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page