Burkina Faso : Bolloré cède le chemin de fer au groupe suisse MSC

Le groupe Bolloré a conclu un accord avec le groupe suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) pour céder à ce dernier, ses activités de transport et de logistique en Afrique. L’annonce a été faite par le groupe Bolloré en personne le 31 mars 2022, a informé Jeune Afrique.

C’est désormais le groupe suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) qui va gérer l’entièreté des activités transports et logistiques du groupe français Bolloré en Afrique.

Le montant de la vente est de 5,7 milliards d’euros.

La concrétisation de cet accord signifie concrètement que c’est MSC qui va gérer les 16 terminaux portuaires, les trois lignes ferroviaires ainsi que les ports secs et les entrepôts de stockages de la famille Bolloré installé, installés à travers le continent Africain.

Au Burkina Faso, bien avant l’annonce de l’accord entre Bolloré et MSC, l’Organisation de la société de la civile  »Consortium 2050 » dont la coordinatrice est l’ancienne ministre Nestorine Sangaré, avait organisé des marches meetings pour exiger des autorités burkinabè, l’annulation des accords qui lient le Burkina Faso au groupe Bolloré.

Pour Nestorine Sangaré, le groupe Bolloré qui détenait la gestion du chemin de fer burkinabè à travers sa filiale SITARAIL, s’adonnait à une mauvaise gestion. « Depuis près de trois décennies, le peuple burkinabè observe la destruction progressive du patrimoine ferroviaire national. Ce patrimoine construit pendant la colonisation est très mal géré par l’entreprise SITARAIL à qui la gestion a été accordée », avait-elle déclaré lors de la dernière marche organisée par le Consortium 2050.

Lire aussi ? Maintenance des infrastructures ferroviaires: Ce que dit SITARAIL

Après l’annonce de la vente, l’ancienne ministre du Burkina Faso a exprimé son mécontentement sur sa page Facebook ce 1er avril 2022.

« Avec une désinvolture digne d’un néocolonialiste, Bolloré a vendu la convention de gestion de notre chemin de fer à MSC, sans concertation et approbation des hautes autorités de notre pays.

En vendant Africa Logistics, il vend SITARAIL, l’ex-SNTB (Bolloré Logitics) et l’Ex-ONASER (Afrique Pesage) ? Le cynique dit vouloir se recentrer sur Canal+, les divertissements dans les espaces Canal Olympia et les médias.

Après avoir tué l’emploi dans des secteurs clés de l’économie, il veut investir dans la culture pour finir d’abrutir la jeunesse oisive au chômage, dans un divertissement avilissant pour achever son acculturation »

Nestorine Sangaré

Même si le combat qu’elle a mené n’a pas empêché la vente de SITARAIL, Nestorine Sangaré ne veut pas baisser les bras. Elle compte poursuivre sa lutte en s’attaquant aux autres investissements de la famille Boloré, tel que CANAL+. Et cette fois, la coordinatrice du Consortium 2050 veut réussir à mobiliser tous les acteurs de la société burkinabè.

Lire aussi ? Chemin de fer Abidjan – Ouaga : “Nous avons pour vocation de développer les réseaux ferroviaires, pas de les bloquer”

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page