Sport: Les détenus de la MACO battent les équipes de l’Association Soyons positifs

L’Association Soyons positifs a organisé ce jeudi 24 mars 2022, le festival des sports et civisme en prison, à la Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). Ce festival qui est à sa 3e édition a pour objectif de protéger des groupes spécifiques à l’intérieur ou à l’extérieur des prisons et œuvrer pour leur réinsertion professionnelle.

L’association Soyons positifs est une association polyvalente qui intervient en prison et en dehors des prisons. Cette année, son festival a pour thème, « Sport et civisme facteur de lutte contre le terrorisme ». Selon le président Sawadogo Saidou, ce thème veut dire que l’association a mis des mécanismes en place pour réduire le taux de récidivisme en milieu carcéral.

« Nous avons vu qu’en milieu carcéral les détenus souvent ont besoin d’une assistance. C’est pourquoi on a, en plus des activités sportives, mis en place l’excellence pénitentiaire. On est parti loin en parlant de l’épargne d’une liberté. Cela va nous permettre non seulement d’assister les détenus après la prison et leur permettre à entreprendre à travers des formations que nous allons donner en mécanique en agro-pastorale et également permettre aux détenus d’être assister juridiquement » a-t-il expliqué.

L’association a réservé 3 prix de  l’excellence en milieu carcéral dont un prix pour les femmes, un prix pour les mineurs et un prix aux majeurs. Le prix de l’excellence selon le président de l’association, récompense les détenus qui ont des bons comportements.

Le président de l’association soyons positifs recevant des mains d’un représentant de la Police nationale, un ballonC pour une prison relevant de la Cour d’appel de Ouagadougou.

La 3e édition du festival est parrainée par El Adj Issouf Sedogo. « C’est une association des jeunes qui ont décidé de faire bouger les choses et encore vu là ou l’activité se tient c’est au sein de la MACO et la MACO c’est une maison commune à nous tous. Nous n’hésitons pas de venir soutenir l’association et aussi nos frères qui sont détenus ici », a-t-il affirmé pour justifier la raison de son parrainage.

Le parrain de la 3e édition du festival, El Adj Issouf Sedogo, remettant les tenues sportives d’une prison relevant de la Cour d’appel de Ouagadougou.

Le festival des sports et civisme en prison à la Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou est bénéfique pour l’administration pénitentiaire selon l’inspecteur Claude Ouedraogo, Directeur de la MACO. « C’est une activité qui  est salutaire. Ça s’inscrit dans notre dynamique d’accompagner les détenus le temps qu’ils sont ici, à la réinsertion sociale par des activités sportives. On ne peut que dire merci au président de l’association qui est un GSP qui a eu cette idée. On n’oublie vraiment qu’on est dans cet endroit. Tant qu’on ne dit pas qu’on est en prison, on ne sait pas, parce qu’il y a des brassages », a-t-il laissé entendre.

Pour ce festival, plusieurs activités ont été menées au cours de la journée. Il s’agit d’une visite guidée des femmes et des mineurs en conflits avec la loi accompagnée d’un repas communautaire, une sensibilisation sur l’acceptation de la loi, le lancement officiel de la formation en secourisme, la remise des équipements sportifs aux prisons du ressort de la Cour d’appel de Ouagadougou et la tenue des activités sportives.

Les hommes de l’association et les mineurs en conflit avec la loi ont fait une photo avant le début de leur match qui a été remporté par les mineurs en conflit avec la loi.

Le hand Ball a opposé les femmes détenues à celles de l’association. Le match a été remporté par les femmes détenues par un score de deux buts à zéro. Le match de football quant à lui, a opposé les hommes de l’association aux mineurs en conflit avec la loi et remporté par les mineurs en conflit avec la loi par un but à zéro.

Pour les années à venir l’Association soyons positifs entend mettre en œuvre un accompagnement en permis de conduire, un accompagnement en crédit pour qu’ils puissent avoir des fonds après leur sortie et se lancer dans l’entreprenariat.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page