Sport : La 2e édition du Sport du Succès tenue aux couleurs de l’entrepreneuriat

La deuxième édition du festival Sport du Succès s’est tenue ce 18 mars à la Place de la Nation de Ouagadougou. C’était un évènement marqué par de l’aérobic et un partage d’expériences en entrepreneuriat avec Florence Bassono, promotrice de l’entreprise Faso Attiéké.

L’heure était à l’aérobic du côté de la Place de la Nation dans la soirée du 18 mars 2021, à l’occasion de la deuxième édition du festival Sport du Succès, . A l’évènement, des jeunes de la ville de Ouagadougou ainsi que des élèves de l’Ecole Nationale de Police (ENP) ont répondu présents. Ces derniers ont pratiqué des exercices physiques au rythme de la musique et sous le contrôle des coachs sportifs du jour. En plus du sport, il y a eu également une séance de partage d’expériences en entrepreneuriat entre les participants et Florence Bassono, promotrice de l’entreprise Faso Attiéké.

Sébastien Kinda est le promoteur du festival Sport du Succès. Il a expliqué la finalité de l’alliage entre sport et entrepreneuriat. Pour lui, ce festival va « permettre à la jeunesse d’avoir un avenir plus clarifié en écoutant les paires ».

Jacques Bamouni est informaticien. Il est un fidèle de ce festival pour avoir participé à toutes les deux éditions. Après l’activité, il estime avoir pu évacuer son stress et s’être bien amusé. «  Vous savez, comme nous sommes des informaticiens, la plupart du temps on est devant les ordinateurs et on sait que le sport, ça permet de se détendre, de changer les idées avant de reprendre le travail », a-t-il déclaré.

Manque de sponsor et de parrainage

La tenue de cette deuxième édition aura été un parcours du combattant pour les organisateurs, selon eux. « C’était un défis parce qu’on n’a pas eu de sponsor, on n’a pas eu de parrainage. Donc c’était à nous de voir comment on pouvait jouer avec les bonnes volontés, certains aînés qui ont accepté aussi nous accompagner », a fait savoir le promoteur.

L’entraineur sportif Tiens Bande Salomon alias coach Melix a aussi déploré cette situation. A son avis, bon nombre de parrains et de sponsors ne sont pas prêts à accompagner les activités d’une frange de jeunes dans le domaine évènementiel. Il dit espérer que dans l’avenir, les sponsors et parrains aideront les jeunes dans l’organisation de leurs évènements, étant donné que ce sont des évènements à but non lucratif. « Ce sont des évènements pour un but simple, pour la santé et  le bien-être de la population et des jeunes avant tout car nous savons que la jeunesse, c’est le centre du développement », s’est-il exprimé.

Pour rappel, la première édition de ce festival s’est déroulée en juillet 2021. Elle était axée sur la santé, notamment sur les conseils concernant la sécurité routière et les AVC (Accidents cardio-vasculaires). Pour la troisième édition, Sébastien Kinda compte pour le moment garder le menu « dans la marmite ». Il a promis du meilleur pour cette édition à venir qui, dit-il, n’aura rien avoir avec la deuxième ni la première édition.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page