Vie chère au Burkina Faso : Le RENCOF fait son analyse

La Journée Internationale des Consommateurs est célébrée ce 15 mars 2022, sous le thème « Finance numérique équitable ». Au Burkina Faso, le Réseau national des consommateurs du Faso (RENCOF) a choisi de commémorer cette journée sous le thème « Vie chère au Burkina Faso : Quelles solutions dans le contexte de la Transition ? ».

Au Burkina Faso, les prix des céréales ont connu une augmentation de plus de 40% en général, d’après les calculs du RENCOF. Cela est ressorti au cours d’une conférence de presse organisée par l’organisation dans le cadre de la célébration ce 15 mars 2022, de la Journée internationale des Consommateurs.

Pour arriver à ce taux, Adama Bayala, le président de cette organisation s’est basé sur l’évolution des prix de certains produits entre 2014 avec l’insurrection populaire, 2020 avec la survenue de la maladie à Corona virus et 2022 avec l’avènement du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR).

« Vous prenez l’exemple du petit mil, le prix est passé de 700 FCFA en 2014 à 500 FCFA en 2020 pour 750 FCFA en 2022. Le sac du petit mil se vend sur le marché à 32 000 FCFA. Vous prenez l’exemple du maïs vendu à 400 FCFA en 2014 ; en 2020 à 500 FCFA et en 2022 à 1100 FCFA. Le prix du sac de maïs sur le marché, c’est de l’ordre de 30.000 FCFA. (…) Le plat de haricot qui se vendait à 800 FCFA en 2014 était vendu à 1250 FCFA en 2020 et aujourd’hui en 2022 à 1750 FCFA et le sac de haricot aujourd’hui, il est intenable, hors de toutes bourses, 49 000 FCFA », a-t-il dépeint.

La réglementation des prix des loyers…

Au cours de cette conférence de presse, les leaders du RENCOF ont pointé du doigt la non règlementation et la cherté des loyers au Burkina Faso. « Vous avez des entrées-couché qui se dégotent aujourd’hui à 25000 FCFA. La chambre salon à 40 000 FCFA. Vous avez la 2 chambre-salon (à) plus de 80 000 FCFA. 3 chambres-salon, il faudra aussi plus de 150 000 FCFA », a indiqué le président du RENCOF.

Adama Bayala a par ailleurs regretté le fait que les résultats des travaux effectués en 2015 par le ministère en charge de l’Habitat sur la réglementation et le plafonnage des prix des logements ne soient pas connus jusqu’aujourd’hui.

À cette rencontre, les réseaux de téléphonie n’ont pas été oubliés par le RENCOF. Ses leaders jugent que la communication téléphonique au Burkina Faso est coûteuse, avec un réseau de mauvaise qualité. « Nous assistons à la vaporisation de nos mégas, à la vaporisation de nos bonus, la vaporisation de nos unités, sans d’autres formes d’explications. Quand vous appelez, vraiment les explications ne sont pas tenables », s’est plaint Adama Bayala.

Appel à l’union sincère et fraternelle des acteurs

Le RENCOF a entre autres recommandé aux nouvelles autorités de geler l’évolution des prix au vu de la crise sanitaire et sécuritaire et de la période de transition que traverse le Burkina Faso. Par ailleurs, l’organisation a appelé à l’union sincère et fraternelle des acteurs intervenants dans le domaine de la défense des droits des consommateurs au Burkina Faso.

Toujours dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale des Consommateurs, le RENCOF a donné rendez-vous au public pour un grand panel sur la Journée mondiale des Consommateurs. Cette rencontre se tiendra ce 15 mars 2022 à l’annexe Patte d’oie de l’Institut Supérieur Polytechnique Privé (ISPP Patte d’Oie).

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page