Santé publique : L’INSP veut valoriser les résultats de recherche

Ce lundi 14 mars 2022, à Ouagadougou, l’Institut national de santé publique (INSP), en collaboration avec le Laboratoire national de santé publique (LNSP),  a organisé un atelier de formation au profit des Journalistes et communicateurs sur la technique de diffusion et de valorisation des résultats de recherche en messages accessibles.

Dans le cadre du projet « Production et analyses et de données pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant (PAASME) » au Burkina Faso, une trentaine de journalistes et communicateurs seront outillés du 14 au 16 mars 2022, sur la technique de diffusion et de valorisation des résultats de recherche en messages accessibles.

Selon le Directeur général de l’Institut national de santé publique, le Pr Hervé Hien, l’objectif de la formation est « d’outiller les journalistes et communicateurs sur le concept de communication pour la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche en messages accessibles au grand public ».

Les objectifs spécifiques…

Comme objectifs spécifiques, cette formation vise, entre autres, à permettre aux journalistes et communicateurs de connaître et comprendre le processus de mise en œuvre des projets de recherche pour la santé, de renforcer leurs capacités  sur la stratégie de diffusion et de valorisation des résultats de recherche pour la santé et sur la méthode de diffusion des messages et informations nécessaires sur la pandémie de COVID-19 pour une adhésion massive à la vaccination. Les participants vont également  s’approprier des résultats produits par l’INSP et créer une étroite collaboration entre eux et l’INSP.

L’atelier est organisé par l’INSP, en collaboration avec le LNSP, et le soutien de l’Union européenne – © Faso7

« Les populations ont envie de savoir ce qui se passe au niveau du Centre de recherche de Nouna, au CNRST. Il y a de grandes recherches et résultats produits par exemple sur le paludisme,   la santé maternelle et infantile, la gouvernance en santé,  la bonne alimentation, que nous avons vraiment envie que vous communiquez positivement« , s’est adressé le Pr Hervé Hien aux journalistes et communicateurs.

Servir de relai utile pour donner la bonne information

Tout comme le Pr Hervé Hien, le Directeur général du Laboratoire national de santé publique, le Pr Elie Kabré a laissé entendre que cet atelier est un cadre pour permettre aux journalistes et communicateurs de donner de bonnes informations aux populations. « Nous pensons que dans ce cadre-là, le meilleur vecteur pour atteindre les populations ce sont les hommes de médias, les journalistes que vous êtes. Et c’est ce qui a motivé cette formation pour pouvoir outiller les hommes des médias pour qu’ils puissent servir de relai utile pour donner la bonne information avec les mots qu’il faut à l’endroit des populations pour induire un changement de comportement qui est favorable au développement commun», s’est-il exprimé.

Il faut noter que le projet ‘’Production et analyses et de données pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant’’ est financé par l’Union européenne qui veut contribuer à l’amélioration de la santé maternelle et infantile par la production et l’utilisation de données probantes de la recherche.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page