Commune de Tanghin Dassouri : La fondation Faso persévérance lance un projet d’alphabétisation au profit des femmes

La fondation Faso persévérance a lancé ce mardi 8 mars 2022 son projet d’alphabétisation des femmes de la commune de Tanghin Dassouri.

À l’occasion de la commémoration de la 165e journée internationale de la femme, la fondation Faso persévérance a lancé son projet d’alphabétisation des femmes de la commune de Tanghin Dassouri. Il s’agit d’un projet qui touchera environ 92 associations et qui prendra en compte 3 volets.

Le premier volet concerne l’alphabétisation et une formation au profit de 160 femmes durant 6 ans. Le deuxième volet va concerner la santé et le troisième, les activités génératrices de revenus.

Pour Noélie Tiendrébéogo, coordinatrice des organisations féminines de la commune de Tanghin Dassouri, l’initiation du projet est source de satisfaction vu le niveau d’analphabétisme des femmes. « Je suis très très contente de l’initiation de Faso persévérance. L’analphabétisme fait vraiment mal à l’être humain qui le fait reculer partout dans sa vie. Alphabétiser 160 femmes, vraiment, c’est très bien », a-t-elle fait savoir.

Concernant le volet santé du projet, vingt médecins et des sages femmes de la fondation Faso persévérance feront des consultations périodiques gratuites au profit des femmes de la commune afin de diagnostiquer l’hypertension artérielle et la glycémie. Dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein, la technique de palpation sera également apprise aux femmes.

Selon le président de la fondation Faso persévérance, le Dr Aristide Sawadogo, sa venue dans la commune de Tanghin Dassouri ce 8 mars a été très utile. « Nous repartons très satisfaits parce que nous savons que nous avons fait le bon choix d’être à Tanghin Dassouri », s’est-il exprimé.

Pour Abdramane Nacro, le préfet du département de Tanghin Dassouri, l’accompagnement de la fondation est à saluer. « Ces activités pourront les aider un tant soit peu à pouvoir se réinsérer dans le tissu social du Burkina Faso », a-t-il indiqué.

Abibou Sawadogo, la représentante des femmes bénéficiaires, a, au nom des femmes, exprimé sa satisfaction à l’endroit de leurs bienfaiteurs. « Nous les femmes, nous sommes très contentes pour tout ce que monsieur Aristide Sawadogo fait pour nous. Vraiment, il nous soigne, il nous éduque. Il a ouvert des écoles pour nous », a-t-elle laissé entendre, visiblement satisfaite.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page