Ablassé Ouédraogo : «Retenons pour l’essentiel que la transition aura une durée de 36 mois»

Ceci est une tribune du Dr Ablassé Ouédraogo à propos des Assisses nationales pour l’examen et l’adoption des documents de la transition.  

Avec 350 autres compatriotes représentant les Forces vives de la nation burkinabè, j’ai participé au titre des partis politiques aux Assises Nationales sur la Refondation, convoquée et organisée par le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), du 28 février au 1er mars 2022 au Centre International de Conférence de Ouaga 2000.

L’objectif des Assises était d’examiner et d’adopter les documents qui vont encadrer la transition, à savoir la Charte de la Transition, l’Agenda de la Transition et la Charte des valeurs de la Transition.

A la fin des travaux présidés par l’Ancien Premier Ministre Tertius ZONGO, le Président du Faso, Chef de l’Etat et Chef Suprême des Forces Armées Nationale, Paul Henri Sandaogo DAMIBA,a signé le mardi 1er mars 2022 à 01h55, devant les forces vives ayant participé à l’exercice, la Charte de la Transition.

Retenons pour l’essentiel que la transition aura une durée de trente- six (36 mois) commençant le 02 mars 2022. Le gouvernement comprendra vingt-cinq (25) membres au maximum et l’Assemblée Législative de la Transition sera composée de soixante et onze (71) membres. Un Conseil d’Orientation et de suivi de la transition sera aussi mis en place.

Les Présidents de la Transition, de l’Assemblée Législative de la Transition et le Premier Ministre ne pourront pas se présenter aux prochaines élections.

Les principales missions assignées à la Transition sont :

Ø La lutte contre le terrorisme, la restauration de l’intégrité du territoire national et l’instauration de la sécurité dans une dynamique participative et progressive ;

Ø L’apport de réponses efficaces et urgentes à la crise humanitaire et aux drames socio-économiques et communautaires provoqués par l’insécurité ;

Ø La réalisation de la réconciliation nationale et la cohésion sociale pour la consolidation de la paix et de la stabilité ;

Ø Le renforcement de la gouvernance et la lutte contre la corruption ;

Ø L’assainissement et la refondation de la vie politique en la débarrassant des dérives et le retour à une vie démocratique portée par une nouvelle République.

Considérant qu’aucune œuvre humaine n’est complète, les Forces vives de la nation doivent s’unir et se rassembler autour de la transition et de ses acteurs afin que le succès soit enregistré au bout des trente- six mois, pour le bonheur du peuple burkinabè.

Il faut comprendre que ces documents de référence de la transition tentent autant que faire se peut de répondre dans un souci d’équilibre aux aspirations des populations burkinabè et aux exigences des partenaires et de la Communauté internationale sur la gouvernance et la démocratie.

Le changement intervenu le lundi 24 janvier 2022 étant accepté comme une délivrance pour le peuple burkinabè par rapport à ses souffrances endurées de l’insécurité, travaillons donc tous unis et ensemble pour la réalisation effective des missions de la transition pour donner au Burkina Faso un avenir radieux et d’espoir.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

Le Président

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’Ordre National

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page