Assistance aux déplacés internes : Christian Aid et ses partenaires font le bilan de leur projet à Kaya et à Barsalogho

L’ONG Christian Aid, en consortium avec Oxfam, Alima Keeogo, SOS Médecine, SERACOM et Start Fund a organisé ce mardi 22 février 2022, dans la commune de Kaya, un atelier de capitalisation et d’apprentissage du projet « Réponse rapide au déplacement des populations suite à la détérioration de la situation sécuritaire dans le Centre-Nord au Burkina Faso », lancé le 16 décembre 2021 pour une durée de 45 jours. Cette rencontre a connu la présence de l’ensemble des parties prenantes.

L’heure était au passage en revue des résultats du projet « Réponse rapide au déplacement des populations suite à la détérioration de la situation sécuritaire dans le Centre-Nord au Burkina Faso », mis en œuvre par un consortium d’organisations composé de Christian Aid, Oxfam, Alima Keeogo, SOS Médecine, SERACOM et le partenaire Start Fund, qui a apporté un financement à hauteur de 316 141 570 FCFA.

Pour rappel, cette initiative a été mise en route le 16 décembre 2021 à Kaya, pour une durée de 45 jours. Elle était destinée à apporter de l’aide aux personnes déplacées internes (PDI) venues dernièrement à Kaya et à Barsalogho, suite aux attaques terroristes du 21 novembre 2021, perpétrées à Dablo et à Foubé. Les hôtes vulnérables de ces personnes déplacées internes étaient également inclus dans le projet.

Des objectifs atteints à 98%…

A travers ce projet, les organisations membres du consortium envisageaient de fournir aux bénéficiaires des abris, des articles ménagers essentiels, des services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement, des produits alimentaires et des services de soins de santé de base. Selon Alfred Ouédraogo, Chargé de Programme d’Urgence à Christian Aid, les objectifs ont été atteints à 98% mais avec des difficultés.

« Je pense que tout le monde a constaté ces derniers temps, l’augmentation des prix des articles qui s’est répercutée surtout. Donc cela a fait que notre planification n’était plus totalement en phase des prix réels sur le terrain et ça nous a retardé dans l’acquisition de ce qu’on voulait. Mais Dieu merci, tout a été acquis sur la base d’une révision de ce qu’on voulait faire. On a pu s’adapter en fonction de ce qu’il y a actuellement », a-t-il déclaré.

Le projet ayant atteint son échéance, ses initiateurs ont initié un atelier de capitalisation et d’apprentissage avec toutes les parties prenantes, notamment les représentants des bénéficiaires du projet, le Secrétaire Général de la région du Centre-Nord et le Préfet de la commune de Kaya. « Comme vous le savez, tout œuvre humaine parfaite n’existe pas. Nous c’est en connaissance de cause pour ne pas dire que c’est eu égard en tout cas à ces insuffisances que nous avons organisé cette rencontre pour justement les élucider », a expliqué Alfred Ouédraogo.

Prendre en compte les plaintes des communautés

Joseph Katudwe est le représentant du Groupe d’Engagement Communautaire au Centre-Nord. Ayant pris part à la rencontre, il a suggéré que les plaintes des communautés soient prises en compte et que toutes les parties prenantes soient incluses dans la mise en œuvre d’éventuels projets à venir. « Quand une communauté donne une plainte, elle a le plein droit de savoir qu’est-ce qu’on a fait de sa plainte et d’avoir un retour. Alors dans le projet, on a trouvé qu’il y a des plaintes qui ont été données, par contre la communauté n’a pas reçu de feedback. Peut-être qu’il y a d’autres membres de la communauté qui avaient des plaintes. Mais sachant que le voisin a donné des plaintes et n’a pas eu de satisfaction, eux aussi n’ont pas donné d’autres plaintes », a-t-il expliqué.

Au nom du Haut-Commissaire de la province du Sanmatenga, Kontogom Koudougou Laurent, le secrétaire général de la région du Centre-Nord, a remercié les porteurs du projet tout en recommandant aux bénéficiaires de faire bon usage de l’assistance reçue et de veiller à l’entretien des infrastructures qui ont été réalisées. « Une veille et un accompagnement constant de notre part sont nécessaires pour accompagner et consolider les acquis de ce projet », a-t-il déclaré.

Vidéo – Une bénéficiaire du projet témoigne 

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page