Ouagadougou: Un meeting organisé pour soutenir le MPSR

Des organisations de la société civile ont organisé ce 19 février 2022 à la Place de la nation de Ouagadougou, un meeting pour exprimer leur soutien au Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) et à son président, le Lieutenant-colonel Sandaogo Damiba.

Plusieurs personnes ont répondu présent à cet appel à manifester.

Selon Abdoul Karim Baguyan dit Lota, l’un des organisateurs de ce meeting, l’objectif était de non seulement exprimer leur soutien aux autorités du MPSR mais aussi d’inviter ces derniers à travailler pour le peuple. « Nous sommes venus dire à la communauté internationale et au peuple burkinabè, que ce qui s’est produit en janvier était une manière de dire que les populations étaient fatiguées », a-t-il lancé.

Quant à Anaïs Drabo, membre du ‘’Mouvement sauvons le Burkina Faso’’, elle a invité le peuple burkinabè à se mettre débout et ensemble pour avancer. « On doit parler nation et non argent. On ne doit plus parler de moi, mais de nous », a-t-elle exhorté. Pour cette leader de la société civile, les Burkinabè doivent rester attentifs afin de ne pas tomber dans les erreurs de 2014. « Le Burkina Faso n’est pas un gâteau qu’on doit se partager. Non ! On refuse », a-t-elle lancé. Par ailleurs, elle a invité le président du MPSR à œuvrer à une reconquête du territoire afin que les personnes déplacées internes puissent retourner dans leurs localités d’origines.

De son côté, Adama Tiendrebéogo dit Colonel a invité les nouvelles autorités à armer les populations afin que ces dernières puissent se défendre en cas d’attaque terroriste. « Situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Il faut armer le peuple burkinabè. Il faut prendre l’exemple de l’Algérie. Il n’y a pas d’autres alternatives. Nous ne pouvons pas continuer avec l’ancienne méthode. Il faut armer tout le monde, les gens vont se défendre dans leur village », s’est-il exprimé.

Pour Lota, les Burkinabè doivent faire un sursaut et travailler main dans la main même avec ceux de l’ancien régime et non « diaboliser » ces derniers.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page