Abdoulaye Diop sur le Coup d’Etat au Burkina : « Je fais confiance au génie du peuple burkinabè »

Le ministre malien des affaires étrangères, Abdoulaye Diop, dans une interview accordée aux médias français France24 et RFI, s’est prononcé sur la situation au Burkina Faso. Il a été aussi question des rapports tendus entre son pays et la France.

C’est un ministre malien ferme qui a répondu aux journalistes de RFI et France24 sur les rapports entre la France et le Mali, marqués depuis plusieurs mois par une vive tension diplomatique.

En ce qui concerne le Burkina Faso,  il a exprimé sa solidarité au peuple burkinabè. « Je fais confiance au génie du peuple burkinabè pour pouvoir apporter des réponses. Nous sommes un voisin. Nous demeurons solidaires du combat du peuple burkinabè », a-t-il déclaré.

Le gouvernement malien a-t-il pris langue avec les nouvelles autorités burkinabè ? Le ministre malien n’a pas répondu directement à la question.  « Nous  restons  ouverts à cheminer avec  l’ensemble des peuples de la région et de l’ensemble des peuples africains qui partagent notre vision », a-t-il indiqué.

Du reste, il a estimé que ce sont les mêmes causes au Mali qui ont produit les mêmes effets au Burkina Faso, à savoir la mal gouvernance et la  mauvaise gestion des questions sécuritaires.  « Les coups d’Etat eux-mêmes viennent des problèmes de gouvernance qui n’ont pas été traités ou qui n’ont pas été bien traités », a-t-il dit.

A noter que l’interview s’est également étendue sur les rapports tendus entre la France et le Mali, en lien avec les récentes déclarations du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur les autorités de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Il les a jugées « illégitimes » et qu’elles prennent des décisions « irresponsables ». Propos auxquels son homologue français a répondu en réclamant le respect mutuel entre nations.

« La France applaudit des Coups d’Etat quand ça va dans le sens de ses intérêts »

« Ce sont des propos empreints de mépris. Ce sont des propos que je condamne, qui sont inacceptables.  Je crois que les insultes ne sont pas une preuve de grandeur. Il est bon que Monsieur Le Drian comprenne que ce ne sont pas les insultes qui règlent les problèmes entre nations », a-t-il recadré.

Il a aussi laissé entendre que l’hostilité affichée de Paris contre les dirigeants maliens n’est pas que liée au fait qu’ils sont arrivés aux affaires par un coup d’Etat.

« Cette attitude agressive ou hostile à l’endroit du Mali n’a rien à voir avec les raisons qui sont mises en avant, liées au respect de la démocratie, au respect des droits de l’homme, à des coups d’Etat. Non. Le Mali est puni parce que les choix politiques des autorités du Mali ne conviennent pas à certains. La France applaudit des Coups d’Etat quand ça va dans le sens de ses intérêts. Elle condamne quand ça va dans le sens contraire de ses intérêts. Cette politique de deux poids, deux mesures, doit cesser », a argumenté le ministre malien.

Par ailleurs, sur le rappel constant du « sacrifice » des soldats français sur le territoire, Abdoulaye Diop a, lui, rappelé un sacrifice plus séculaire des Africains pour les peuples d’Europe.  « Nous reconnaissons les sacrifices des soldats français. Mais on doit comprendre qu’avant que la France ne vole au secours du Mali, le Mali et les Africains aussi sont venus mourir ici en Europe pour la liberté et la libération de ces pays. Donc, nous avons tous des dettes de sang les uns envers les autres », a relevé le ministre.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page