Restriction d’accès à Facebook : Des acteurs du e-commerce montent au créneau

La «league des acteurs du e-commerce» était face à la presse ce mardi 18 janvier 2022 pour réagir sur la restriction d’accès à certains réseaux sociaux. Par cette conférence de presse, ces acteurs du e-commerce disent vouloir attirer l’attention des décideurs afin qu’ils leur permettent de mener leurs activités dans la sérénité et contribuer ainsi au développement du Burkina Faso.

« Depuis le mois de novembre 2021, nous avons constaté avec désolation la coupure d’internet pendant 8 jours puis récemment, en janvier 2022, à la restriction de l’utilisation de l’application Facebook au Burkina », a tout d’abord indiqué le Président de la « league des acteurs du e-commerce », Arsène Sampebgo, pour planter le décor.

Ainsi, à travers cette conférence de presse, la « league des acteurs du e-commerce » a exposé l’impact de la perturbation de la connexion Facebook pour les activités liées au commerce en ligne. « Facebook est devenu pour nous jeunes entrepreneurs, un moyen de prédilection pour écouler nos produits et services. Couper cet outil de travail signifie, pour nous entrepreneurs, envoyer beaucoup de jeunes au chômage », a fait savoir Arsène Sampebgo.

A l’entendre, cette situation leur cause un impact négatif énorme. « Nous assistons impuissants à une baisse notable de nos clientèles avec pour corolaire la baisse du chiffre d’affaires. A titre d’exemple, les audiences de nos pages connaissent une baisse estimée à 90% pour ceux d’entre nous qui ont des boutiques physiques et 95% pour ceux qui n’ont pas de boutiques physiques », a déploré M. Sampebgo.

Par ailleurs, ces acteurs du e-commerce déplorent également l’augmentation de leurs dépenses liées à la communication. « Nous assistons également à une augmentation des charges liées à la communication afin de rester toujours visible malgré le risque de ne pas pouvoir rentabiliser », a ajouté le Président de la league.

Pour la « league des acteurs du e-commerce », si le gouvernement encourage l’entrepreneuriat des jeunes, il doit se pencher sur leur sort pour éviter de ruiner leurs entreprises. Pour cela, elle demande donc au gouvernement de revoir sa position sur la restriction de Facebook.

En rappel, depuis plus d’une semaine, des Burkinabè constatent des difficultés d’accès au réseau social Facebook. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas encore communiqué sur le sujet.

Elisée SOME (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page