Burkina Faso : Les autorités préoccupées par la covid-19 et la grippe aviaire

Le ministre de la Santé, de l’hygiène publique et du bien-être, le Pr Charlemagne Ouédraogo, et celui en charge des Ressources animales et halieutiques, Moussa Kaboré, ont co-animé une conférence de presse ce vendredi 14 janvier 2022 sur la situation de la maladie à coronavirus (covid-19) et la grappe aviaire au Burkina Faso.

Au cours de ladite conférence de presse tenue à Ouagadougou, le ministre Charlemagne Ouédraogo a annoncé que le Burkina Faso a enregistré à la date du 12 janvier 2022, 20 045 cas confirmés de Covid-19, 339 décès et 18.355 patients guéris.

De même, il a ajouté qu’à la période du 1er au 12 janvier 2022, 1626 nouveaux cas ont été confirmés soit en moyenne 135 cas par jour et six décès à cette même période. Des cas graves au nombre de 462 ont été enregistrés sur la période du 1er septembre 2021 au 12 janvier 2022 et ont été pris en charges dans les hôpitaux. Charlemagne Ouédraogo souligne que « la plupart des cas graves sont liés à d’autres maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension artérielle, etc. ». De ces cas graves, 168 ont perdu la vie dont la plupart présentait des comorbidités.

Les cibles les plus touchées sont les personnes âgées de plus de 45 ans. Mais la situation est plus prononcée chez les personnes de plus de 60 ans, selon le ministre Charlemagne. Pour faire face à la maladie, le ministre Ouédraogo compte entreprendre des actions auprès des responsables religieux et coutumiers, des leaders communautaires pour le respect des mesures barrières et l’adhésion des populations à la vaccination, le renforcement de la communication sur les bienfaits et l’intérêt du respect des mesures barrières.

Sept Régions touchées par la grippe aviaire

De son côté, le ministre en charge des Ressources animales, Moussa Kaboré, a abordé la question de la grippe aviaire au Burkina Faso, débutée en décembre 2021. Selon lui, il s’agit de la souche H5N1 de l’influenza aviaire. A en croire le ministre Kaboré, sept régions du pays sont touchées par cette maladie à savoir la Boucle du Mouhoun, les Cascades, le Centre, le Centre-ouest, le Centre-sud, le Nord, Centre-nord. Et « à la date de 7 janvier 2022,  42 alertes de foyers qui sont toujours dans le processus d’analyse des échantillons prélevés sur ces régions et attendent les confirmations du laboratoire », a déclaré M. Kaboré. Il a affirmé qu’ « il n’y a pas de médicament pour traiter ce virus ».

Ainsi, comme plan de riposte contre cette menace aviaire, il a informé qu’il va procéder « au rassemblement de la volaille, à l’abattage, à l’incinération, à l’enfouissement des volailles et d’autres oiseaux morts » dans les zones sous menace de cette grippe. De même, des visites sanitaires seront organisées pour recenser la volaille sensible dans la zone de protection autour des foyers. Les cas suspects ou confirmés de contagions humaines seront isolés et traités conformément aux protocoles établis, a laissé entendre le ministre Kaboré. Il a par ailleurs exhorté les éleveurs à éviter le contact entre les volailles et d’autres animaux comme les chats, les porcs, les chiens et éviter également de manipuler la viande de volaille morte et éviter d’en consommer.

Elisée SOME

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité