Marche du 27 novembre : Les meneurs «vont répondre de leurs actes» (Maxime Koné) 

Le samedi 27 novembre 2021, conduites par des Organisations de la société civiles, des marches se sont déroulées dans plusieurs villes du Burkina Faso pour réclamer une réponse plus vigoureuse face au terrorisme. D’autres manifestants ont exigé le départ de Roch Kaboré du pouvoir. Faisant le bilan, le ministre de la sécurité, Maxime Koné, a indiqué que ce sont « moins de 10.000 » personnes qui ont participé à ces marches.

Les marches du 27 novembre 2021 ont concerné plusieurs régions du pays notamment le Centre et les Hauts-Bassins. « Les centres qui ont connu beaucoup de tensions sont Ouagadougou (Région du centre) et Bobo-Dioulasso (région des Hauts-Bassins). Nous avons enregistré des manifestations particulièrement violentes », rapporte le ministre de la sécurité, Maxime Koné.

Interrogé à la Télévision nationale le samedi 27 novembre dans la soirée, Maxime Koné a précisé que d’autres régions se sont abstenues dont, entre autres, le Centre-est, Centre-sud, le Plateau central, et la Boucle du Mouhoun.

« Contrairement à ce qui est avancé, nous sommes fondés à croire que cette manifestation avait d’autres visées dont seuls les instigateurs tapis dans l’obscurité savaient. Fort heureusement notre peuple, conscient de la nécessité de l’union, s’est démarqué largement de cette marche. C’est pourquoi nous saluons toutes les organisations qui se sont démarquées », a déclaré le patron de la sécurité.

Lire 👉 Burkina Faso : Les forces de sécurité dispersent des manifestants à Ouagadougou et Bobo

A Ouagadougou, à écouter Maxime Koné, des actes de vandalisme ont été constatés notamment sur le service de l’état civil de la mairie centrale, et des tentatives de vandalisme de biens privées.  « A Bobo, nous avons enregistré ces mêmes velléités », a-t-il fait savoir avant de préciser que les responsables répondront de leurs actes.

« Force doit rester à la loi. Nous avons pu identifier certains meneurs. Le procureur du Faso a été saisi », a indiqué Maxime Koné. Ainsi, parlant de ceux qui ont initié cette marche, le ministre fait savoir qu’« ils ont été clairement identifiés et ils vont répondre de leurs actes ».

Par ailleurs, selon le ministre, des éléments des forces de sécurité ont été blessés par des jets de pierres. Mais du côté des manifestants, « nous n’avons pas de bilan », a-t-il affirmé, le samedi 27 novembre dans la soirée.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page