Coupure de l’internet Mobile : « Un abus de pouvoir exercé sur les populations », selon Lionel Bilgo

La suspension de l’internet mobile décidée par le gouvernement burkinabè a été prolongée de 96 heures à compter du 24 novembre 2021 à 20h. « Une décision contre-productive » selon Lionel Bilgo, analyste politique et Directeur Afrique de Teminiyis media qui s’est confié à Faso7.

Les Burkinabè utilisant l’internet mobile seront hors connexion encore pour 96 heures. L’annonce a été faite le mercredi 24 novembre 2021 par le ministre porte-parole du gouvernement, Ousseni Tamboura.

Lire 👉 Burkina Faso : Le gouvernement prolonge la suspension de la connexion Internet mobile

Le gouvernement a invoqué des « obligations de défense nationale et de sécurité publique » pour justifier la coupure de l’internet mobile qui s’étend désormais sur une semaine. Mais selon Lionel Bilgo, analyste politique contacté par Faso7 ce jeudi 25 novembre 2021, la raison avancée par le gouvernement « ne tient plus ».

« Si au départ, la raison invoquée était la situation sécuritaire, aujourd’hui, cette raison ne tient plus. Je crois que c’est un abus de pouvoir qui est exercé sur les populations », a fait savoir M. Bilgo.

Selon l’analyste politique, cette mesure gouvernementale « n’est pas bénéfique et ça peut être contre-productif même pour le gouvernement parce que ça va créer d’autres tensions et d’autres rancœurs pour des personnes qui n’avaient pas cette idée de marcher ou de revendiquer quoique ce soit », a-t-il ajouté.

Lire 👉 Coupure de l’internet mobile : Le gouvernement dans le collimateur de la Ligue des consommateurs

Il faut noter que cette coupure de l’internet mobile au Burkina Faso intervient à la suite du drame d’Inata alors que des Burkinabè manifestent pour exiger le départ du Président du Faso.

Une marche est d’ailleurs annoncée pour le samedi 27 novembre 2021 pour exiger, selon les organisateurs, plus de sécurité pour les Burkinabè. Mais parmi les manifestants annoncés, certains demandent la démission du Président du Faso, Roch Kaboré.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page