Promotion des langues maternelles au Burkina Faso : Des trophées « Goam Baoré » décernés à trois personnalités

Dans le cadre des Rencontres Internationales de Théâtre en Langues Maternelles (RITLAMES), l’Association « Kala-Kala théâtre » en collaboration avec les « Plaisirs Chiffonnés » a décerné trois trophées dénommés « Goam Baoré » à des sommités. Il s’agit respectivement de Aboubacar Zida dit Sidnaba, Salia Sanou, prince de Dagasso et de Ouoba Bendi Benoît fondateur de la fondation Tin Tua. La cérémonie de remise à eu lieu ce vendredi 19 novembre 2021 à Ouagadougou.

En reconnaissance aux œuvres produites dans le cadre de la promotion des langues maternelles, l’Association « Kala-Kala théâtre » en collaboration avec les « Plaisirs Chiffonnés » a remis des trophées dénommés « Goam Baoré » qui veut dire « le grenier de la parole » à trois grandes personnalités. Il s’agit de Aboubacar Zida dit Sidnaba, Salia Sanou, prince de Dagasso et de Ouoba Bendi Benoît.

Selon le promoteur des RITLAMES, Sidiki Yougbaré , les prix ont été décernés à ces personnalités en reconnaissance pour leurs efforts fournis. « Ces prix leur sont décernés au vu et au su de ce qu’ils ont fait pour nos langues. C’est un remerciement plutôt pour ce qu’ils ont fait, pour le chemin qu’ils ont tracé pour nous en espérant que nous aussi on pourra continuer de balayer la maison qu’ils ont construit pour qu’elle ne reste pas sale, pour qu’elle ne tombe pas dans les décombres », s’est-il exprimé.

A l’en croire, le premier prix a été décerner à Sidnaba pour saluer la contribution de ce dernier dans la promotion des langues nationales à travers sa télévision et sa radio. Pour le promoteur des RITLAMES, le prince de Dagasso a été récompensé parce que qu’il fait la promotion du théâtre en langue Dioula et Bobo à travers la sous-région. Quant au troisième prix, il a été décerné à Ouoba Bendi Benoît, pour le travail abattu par ce dernier. En effet, selon Sidiki Yougbaré, « Tin Tua » dont la production est en langue Peulh et en gulmancema, serait est le journal le plus vendu au Burkina Faso.

De son côté Boubacar Sanou, le représentant du prince Salia Sanou a indiqué que ce prix est un honneur pour le lauréat ainsi que pour Dagasso, son village. « Cet acte doit être encouragé dans toute l’Afrique non seulement au Burkina Faso mais dans toute l’Afrique. L’importance de ce prix vous ne le saviez pas mais vous allez le savoir plus tard », a-t-il laissé entendre.

Il faut noter que toutes les trois sommités se sont faites représenter lors de cette cérémonie. Lors de la cérémonie, les mérites de deux jeunes promoteurs des langues maternelles ont été reconnues. Il s’agit de Paul Zoungrana, président de la Fédération nationale du Théâtre au Burkina (FENATHER) et Yougbaré Sidiki, promoteur de l’activité. Ils ont reçu chacun, un trophée.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page