G5 Sahel : Les recommandations du Forum des jeunes sur la paix et la sécurité passées à la loupe

Les 14 et 15 octobre 2021 à Ouagadougou, l’organisation pour la jeunesse EducommunicAfrik avait organisé la première édition du Forum des jeunes du G5 Sahel sur la paix et la sécurité. Ce jeudi 18 novembre, cette organisation a examiné au cours d’un atelier, les principales recommandations issues de ce Forum.

Au terme de cette examination, EducommunicAfrik entend de façon globale, dégager des actions prioritaires en vue de les implémenter. « L’objectif spécifique recherché est de proposer des actions prioritaires par recommandation et par acteur et de définir le rôle de chaque acteur dans la mise en œuvre et le suivi des recommandations », a fait savoir Cyrille Guel, président de EducommunicAfrik.

Recommandations issues du Forum des jeunes du G5 Sahel sur la paix et la sécurité

 

  1. La création d’un cadre permanent de dialogue entre les jeunes et les décideurs du G5 Sahel et de l’Afrique sur les questions de paix et de sécurité ;

 

  1. La création d’une plateforme audiovisuelle, liée aux réseaux sociaux de sensibilisation et d’échanges participatifs entre les leaders religieux, coutumiers et les jeunes sur les mécanismes de prévention et de gestion de conflits ;

 

  1. La prise en compte de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI) dans les actions de prévention et de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent ;

 

  1. L’inclusion systématique de l’Education aux Médias et à l’information (EMI) dans le système éducatif ;

 

  1. La promotion et l’encadrement des mécanismes endogènes de maintien de l’harmonie communautaire et de résolution des conflits ;

 

  1. L’application des lois et règlementations en vigueur en matière de régulation de l’information et de la communication sur les médias sociaux ;

 

  1. L’implication effective des femmes et des jeunes dans les Politiques et Programmes de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation ;

 

  1. Le renforcement de l’autonomisation financière des jeunes et des femmes surtout en milieu rural ;

 

  1. Le renforcement de la synergie des OSC en collaboration avec les bénéficiaires et l’Etat pour une meilleure intervention sur le terrain ;

 

  1. Le traitement équitable des crises sociales ;

 

  1. La mise en place des centres de dé-radicalisation dans les pays ;

 

  1. La création d’une structure de rapprochement armées et nations (structure faitière civilo-militaire) ;

 

  1. La promotion de la bonne gouvernance et la répartition équitable des richesses ;

 

  1. Mettre en place un mécanisme de financement des initiatives PVE (ndlr : Prévention de l’extrémisme violent) portées par les organisations de jeunesse :

 

  1. Mettre en place un programme de renforcement des capacités des jeunes dans le domaine de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI).

Le Conseil National de la Jeunesse du Burkina Faso (CNJBF) a pris part au Forum. Pour Saïdou Coulibaly, secrétaire général de cette institution, il était important de revoir les recommandations qui ont été prises. « En regardant ces recommandations, nous pouvons voir quelles sont les recommandations que nous pouvons mettre en plaidoyer, quelles sont les recommandations sur lesquelles nous allons travailler en synergie », a-t-il déclaré.

300 personnes venues de 12 pays d’Afrique dont ceux du G5 Sahel ont pris part au Forum, selon les initiateurs. Les mêmes ont fait savoir que l’objectif visé a été de valoriser le rôle des jeunes de l’Afrique subsaharienne en général et du G5 Sahel en particulier, dans la culture de la paix et de la sécurité. Selon Diallo, les jeunes sont les acteurs prioritaires dans la lutte contre le phénomène de l’extrémisme violent.

« Ce sont les jeunes qui sont les plus aptes et qui sont facilement… si je peux inventer un mot, « recrutables » par ces groupes armés extrémistes, à cause de pas mal de facteurs qui occasionnent cela. Des facteurs tels que le chômage (…) leur fait miroiter un avenir radieux et ils s’embarquent à tête haute dans cette activité qui nuit énormément à la paix et la cohésion dans nos pays », a-t-elle expliqué.

En rappel, le Forum des jeunes du G5 Sahel a été organisé par EducommunilAfrik avec l’appui financier de  l’ambassade du Royaume des Pays-Bas au Burkina.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page