Salon de la Publicité et de l’Edition : La première édition lancée à Ouagadougou

Ce jeudi 11 novembre 2021 à Ouagadougou, le vice-président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), Abdoulazize Bamogo a procédé au lancement de la 1ère édition du Salon de la Publicité et de l’Edition (SAPE). Elle est placée sous l’initiative de deux agences conseils en communication à savoir Impulsion Agence Conseil et Oméga Vision en partenariat avec la faitière Publicitaires Associés et se tient les 11, 12 et 13 novembre 2021, dans l’enceinte du siège du Salon international de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO).

Placée sous le thème, « Viabilité et innovation des métiers de la publicité et de l’édition : défis et enjeux », la 1ère édition du Salon de la Publicité et de l’Edition (SAPE) a ouvert ses portes avec pour principal objectif, créer un cadre de rencontre professionnelle de partage d’expériences, de promotion de l’excellence, et de découverte des innovations des métiers de la publicité, de l’édition et des arts graphiques.

Selon le commissaire général du SAPE, Christophe Yaméogo, la 1ère édition de ce salon est une plateforme qui est née grâce à l’initiative de deux agences conseils en communication à savoir Impulsion Agence Conseil et Oméga Vision, en collaboration avec la faitière Publicitaires Associés.

Le SAPE, explique-t-il, a pour but d’apporter des pistes de solutions à tous les maillons de la chaine de valeur (les établissements d’enseignements supérieur, les médias, les imprimeurs les régies publicitaires et bien d’autres)  afin d’aider ces derniers à œuvrer à la restauration du « blason du secteur » pour qu’ils puissent vivre « dignement » de leur métier.

Expositions, Workshops et Masters, pour cette 1ère édition

« L’objectif premier c’est de fédérer la profession et de bâtir ensemble un secteur fort et aussi permettre de pouvoir absorber les ressources humaines parce que nous avons constaté qu’il y a un déphasage entre les étudiants qui sortent des centres de formation et nos besoins. Il y a aussi des besoins que nous avons qui ne sont pas doté d’une formation sur le plan local », a-t-il fait savoir.

Durant ces 72 heures, auront lieu des panels, des expositions, des Workshops et des Masters Class ainsi que bien d’autres activités. « Cette plateforme se veut un espace d’échanges sur les problématiques du secteur par des panels, la promotion des activités de la filière et le renforcement de compétence et capacité par la formation, les expositions, les Workshops et les Masters Class », a indiqué Christophe Yaméogo.

A l’issue des 72 heures, des propositions ainsi que des recommandations seront faites à pour améliorer la prochaine édition. « Nous aurons des panels justement qui ont été pensés pour aborder certains points saillants des défis de la profession à l’heure actuelle et recueillir aussi les propositions et les recommandations des uns et des autres pour améliorer les prochaines éditions », a-t-il indiqué.

De son côté, le vice-président du CSC, Abdoulazize Bamogo a fait savoir le SAPE est un cadre qui vient appuyer tout ce qui est fait comme activité pour l’assainissement de la publicité car, selon lui, le salon offre des espaces pour discuter sur les problématiques du secteur c’est-à-dire les enjeux et les défis du secteur.

« J’ai vu dans leur programme qu’il y a effectivement un panel qui porte sur la loi et son respect au Burkina Faso. Le CSC se trouve entièrement en phase avec cette préoccupation », a-t-il déclaré. Abdoulazize Bamogo a également fait remarquer qu’il y a des personnes qui pratiquent le métier de la publicité sans en avoir l’autorisation « réelle ».

Il faut noter que le pays invité à cette 1ère édition du Salon de la Publicité et de l’Edition est la Côte d’Ivoire.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page