Pô : Des blessés après des heurts entre civils et militaires, des sanctions prises (armée)

Plusieurs personnes ont été blessées dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 octobre 2021 par des militaires qui ont effectué des représailles dans la ville de Pô (province du Nahouri dans la région Centre-Sud), rapporte l’Agence d’Information du Burkina (AIB). L’état-major général des armées annonce, dans un communiqué, la prise de sanctions contre les militaires fautifs. 

Les affrontements, selon l’AIB sont intervenus à la suite d’un différend qui a opposé un militaire à un groupe de civils. Le lundi 11 octobre dans la soirée, un militaire a été molesté par des civils à cause, semble-t-il, d’une histoire de mœurs.

Les choses seraient rentrées dans l’ordre à la suite d’une réconciliation à l’amiable entre les protagonistes, poursuit l’AIB, mais contre toute attente, vers 22h, un groupe de militaires a fait une descente musclée dans la ville, frappant aveuglement.

En réaction, des populations ont bloqué la principale artère de Pô (nationale de 5) pour dénoncer les violences subies, précise l’Agence d’information du Burkina.

Dans un communiqué dans l’après-midi du 12 octobre 2021, l’état-major général des armées a jugé « inadmissible » cette situation.  « Face à cet incident inadmissible qui implique des militaires dans ce contexte
où toutes les énergies entre populations et Armée nationale doivent être fédérées pour faire face à la question cruciale de la lutte contre le terrorisme, le Chef d’Etat-Major Général des Armées condamne fermement ces agissements », lit-on dans le communiqué.

L’état-major a aussi informé qu’une enquête a été diligentée et des sanctions ont été prises contre les militaires fautifs. « (…) Une enquête a été diligentée pour identifier tous les militaires fautifs et des mesures disciplinaires sont prises à l’encontre de ceux formellement identifiés conformément au règlement de discipline générale des FAN », précise le communiqué.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page