Festival Rire en fête : L’humoriste française Anne Boissard impressionnée par le public ouagalais

Le festival Rire en fête a débuté ce vendredi 1er Octobre 2021 dans l’enceinte  de Canal Olympia de Ouaga 2000. La soirée a été assurée par plusieurs humoristes nationaux et internationaux.

Prévue pour débuter à 20 heures, c’est finalement à 21 heures que la 3e édition du festival Rire en fête a commencé du côté de Canal Olympia. Onze artistes humoristes de différentes nationalités dont quatre (4) Burkinabè à savoir Moussa Petit Sergent, Souké et Sidiki, Kapé et Noaga, Momo l’intellectuel et Cliachi ont tenu le public en haleine pendant plus de 2 heures.

Comme préalablement annoncée, la particularité de cette 3e édition a été le live. Un live qui a visiblement enthousiasmé les festivaliers. « C’est ma première fois de voir un festival d’humour en live. Ils ont vraiment assuré. Je suis satisfaite d’être venue », a laissé entendre Sally Ouattara, festivalière de Ouagadougou. Aussi des prestations d’artistes burkinabè à savoir Amzy et Greg ont accompagné l’éblouissement du public. C’est aux alentours de 00h30 que les rideaux sont tombés du côté de Canal Olympia.

A la fin de lasoirée, l’humoriste française Anne Boissard, seule femme à avoir presté lors de cette 3e édition, n’a pas caché sa satisfaction quant à sa prestation, surtout que c’est une première pour elle en Afrique.  « Franchement j’ai adoré le public burkinabè. Ils m’ont adopté direct. Ils ne m’ont pas laissé en galère sur scène. J’ai adoré mon expérience vue que c’est ma première prestation en Afrique », s’est-elle exprimée.

De son côté, Moussa petit sergent, initiateur du festival, n’a pas pu cacher sa fierté quant à la présence massive des festivaliers malgré un contexte sanitaire difficile. « C’est un sentiment de fierté dans ce contexte de Covid, arrivé à réunir autant de monde, c’est toujours de la satisfaction puisque quand on organise un évènement ce n’est jamais un acquis. Le plus important c’est l’énergie que les humoristes peuvent partager avec le public », a-t-il déclaré

Le parrain de cette 3e édition Salif Sanfo, a tenu à féliciter le promoteur du Festival, Moussa petit sergent. « C’est un honneur et plaisir d’être parrain de cette édition et de voir qu’en 3 éditions Moussa a fait ce que je n’ai pas pu faire en 11 éditions de Ouistiti d’or. C’est un sentiment de fierté qui m’habite et je demande à Dieu et aux mânes de continuer de l’accompagner », s’est-il exprimé.

Rappelons que ce festival se poursuit jusqu’au 3 Octobre 2021 et se terminera à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO )

Christiane Younga (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page