Burkina Faso : Dix projets financés lors du Hackathon de l’association Mahna

Lancé le 24 septembre 2021, le Hackathon (ndlr, Regroupement sur plusieurs jours de développeurs, dans le but de travailler en collaboration sur le développement de nouveaux logiciels) qui a été initié par l’association Mahna et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a tenu sa cérémonie de clôture le 25 septembre 2021 à Ouagadougou. Cette cérémonie a également été une occasion pour récompenser les 10 porteurs de projets sélectionnés.

Durant 48h dans les locaux de la Ruche, 20 porteurs de projets ont été formés à l’occasion d’un Hackathon organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’association Mahna. Durant la cérémonie de clôture 10 porteurs de projets ont été lauréats de ce Hackathon. Ces porteurs de projets se sont partagés 15 millions à raison de un million cinq cent mille francs CFA (1 500 000 FCFA) chacun.

Dramane Sanogo, l’un des lauréats qui a postulé avec son projet « poubelle écologique publicitaire connectée » a remercié les initiateurs pour l’opportunité qui leur a été accordée . « La poubelle écologique publicitaire connectée est faite à base de pneus, munie d’un panneau publicitaire et d’un capteur permettant de mesurer le niveau de remplissage de la poubelle et tout ce scénario est géré par une plateforme », a indiqué Dramane Sanogo. Il a par ailleurs ajouté être plus que satisfait car ce prix va lui permettre de fructifier son projet.

Les projets ont été sélectionnés selon les critères de la pertinence, de la viabilité et du caractère innovant, selon la présidente du jury Noélie Kouraogo Kiswendsida. « Tous les projets étaient méritants, assez innovants, assez pertinents mais il fallait quand même choisir, donc je dirai que le choix a été fastidieux parce qu’ils se valaient plus ou moins. » a-t-elle déclaré.

Les 10 projets lauréats seront accompagnés pendant 03 mois par l’association Mahna pour être testés sur le terrain, afin de contribuer aux enjeux du développement durable. Cet accompagnement va être aussi bien technique que numérique, selon la présidente de l’association Mahna Hélène Guehenneuc.

Edwige OUOBA (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page