Campagne agricole 2021 dans la Région de l’Est : «Il y a de l’espoir » (Salifou Ouédraogo)

Il est attendu dans la Région,  777 000 tonnes de céréales dont 163 624 tonnes de riz 

Dans le cadre du suivi de la campagne agricole 2021, le ministre chargé de l’agriculture, après avoir visité au cours de la semaine les productions agricoles de la Région du Centre-Ouest, du Centre-Sud et du Centre-Est, s’est rendu avec sa délégation dans la Région de l’Est, ce vendredi 20 août 2021.

C’est la commune de Diapangou, dans la province du Gourma qui a marqué le top départ de la visite matérielle. Salifou Ouédraogo, accompagné par sa délégation composée de techniciens de son département et des autorités locales, a visité une exploitation de niébé.

Il s’agit d’un champ collectif appartenant à la coopérative Buayaba composée de 47 femmes. Elles exploitent une superficie de 1,5 hectare et ont une production prévisionnelle de 2,25 tonnes. Des semences ont été offertes gracieusement aux femmes de la coopérative Buayaba.

Elles ont également bénéficié de la part de la Société d’exploitation des Phosphates du Burkina ( SEPB), des équipements agricoles et des intrants. Elles ont toutefois exprimé leurs besoins au ministre. Il s’agit de l’augmentation de leur surface cultivable, un magasin de stockage pour leurs produits et des grillages pour protéger leurs plants.

Echanges entre le ministre Salifou Ouédraogo et l’une des responsables de la coopérative Buayaba © Faso7

La visite du ministre s’est poursuivie dans la commune de Diapangou mais cette fois, c’est une exploitation familiale que Salifou Ouédraogo et sa délégation vont visiter.

Il s’agit de l’exploitation familiale de Taladi Naba, un producteur qui met l’accent sur la production du sorgho. En effet, sur une superficie de 16 hectares, Taladi Naba a emblavé 03 hectares de la variété Kapèlga de Sorgho, une semence dont il a bénéficiée grâce au mécanisme de distribution électronique des intrants « AGRIVOUCHER ».

Il a également emblavé 02 hectares de maïs, 02 hectares de Mil, 05 hectares de sésame, 02 hectares d’arachide et 02 hectares de Voandzou. Il faut noter qu’en plus des semences, le producteur Taladi Naba a obtenu gracieusement de la part du ministère en charge de l’agriculture, 100 kg de l’engrais et 100 kg d’Urée. Pour ce qui est du Sorgho (Kapèlga), la production prévisionnelle du producteur est de 7,5 tonnes.

« Ici au niveau de la Région de l’Est, il est attendu près de 777 000 tonnes de céréales dont 163 624 tonnes de riz ; ce qui veut dire que c’est une zone à forte production », a déclaré Salifou Ouédraogo © Faso7

La dernière exploitation agricole visitée par le ministre avant de quitter la Région de l’Est appartient à Étienne Naba. Cet exploitant agricole produit du Mil sur 03 hectares. Il produit également du maïs, du sésame et du Sorgho.

Tout comme les autres producteurs de la Région de l’Est et ceux des autres Région du Burkina Faso, Étienne Naba a pu bénéficier de la part du ministère, des semences, de l’engrais et de l’accompagnement technique des services compétents.

A la suite de sa visite, le ministre de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation a tenu à exprimer sa satisfaction. « Ici, on peut dire qu’il y de l’espoir, surtout dans la zone de la Gnagna où les spéculations se comportent bien », a déclaré Salifou Ouédraogo.

Néanmoins, le ministre a exprimé le vœu que les pluies se poursuivent jusqu’en octobre car selon lui, cela permettra de faire des corrections dans le but d’atteindre les objectifs de production que le ministère s’est fixé pour ce qui est de la Région de l’Est. « Ici au niveau de la Région de l’Est, il est attendu près de 777 000 tonnes de céréales dont 163 624 tonnes de riz ; ce qui veut dire que c’est une zone à forte production », a-t-il fait savoir.

Taladi NABA a emblavé 03 hectares de la variété Kapèlga du Sorgho, une semence dont il a bénéficié grâce au mécanisme de distribution électronique des intrants « AGRIVOUCHER » © Faso7

L’Est est l’une des Régions du Burkina Faso affectées par le terrorisme. Certains champs ne peuvent plus être exploités du fait de l’insécurité. Le ministre Salifou Ouédraogo a rassuré que les ressources ont été mobilisées afin que dans les zones sécurisées, les producteurs puissent produire sereinement.

« C’est vrai qu’il y a la question de l’insécurité qui est là mais là où il y a la sécurité, nous avons mis l’accent pour que les gens puissent produire dans la tranquillité et puissent avoir beaucoup plus d’intrants », a-t-il expliqué.

Champ de mil d’Etienne Naba dans la commune de Diapangou (Région de l’Est) © Faso7

Par ailleurs, le ministre Salifou Ouédraogo a appelé les producteurs et l’ensemble des Burkinabè à être résilients. « Même si dans certaines zones on a des difficultés d’accès, on a des pertes de cultures, que dans certaines zones, nous développons des initiatives pour pouvoir avoir beaucoup plus de rendements afin que ces zones puissent accompagner les personnes déplacées internes et tous ceux qui sont dans le besoin », s’est-il exprimé.

Pour ce qui est des personnes déplacées internes de la région, le ministre en charge de l’agriculture a fait comprendre que des mesures ont été prises afin de leur permettre de pouvoir produire pendant la campagne agricole. « Les déplacés dans la Région de l’Est, nous avons également mis l’accent parce qu’avec les propriétaires terriens, nous avons pu avoir plus de 200 hectares dont 08 hectares de bas-fond et on les a accompagnés avec au moins 55 charrues pour leur permettre de labourer », a fait savoir Salifou Ouédraogo.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page