Burkina Faso : Deux terroristes condamnés à 20 ans de prison, le glaçant témoignage d’une victime

Au Tribunal de Grande Instance de Ouaga II, N.A et D.A ont été reconnus coupables d’actes en lien avec le terrorisme et condamnés à 20 ans de prison, ce 10 août 2021.

Les sieurs N.A et D.A, tous membres du groupe terroriste  Anssaroul Islam et arrêtés grâce à l’action des Koglweogo,  ont comparu devant les juges du Tribunal de Grande Instance de Ouaga II, ce 10 août 2021, sans avocat. 

Après l’exposé des faits et s’être défendus, ils ont été jugés et reconnus coupables pour des chefs d’accusation d’abord pour association de malfaiteurs pour avoir participé à un groupe terroriste.

Ils ont également été reconnus coupables de  dégradation volontaire de biens en lien avec le terrorisme. Le 2 mai 2018,  le groupe a détruit,  au moyen d’un incendie, une école  primaire à Bafina dans le Sanmatenga, avec pour objectif, disent-ils,  de contraindre l’Etat burkinabè « à appliquer la charia »

 Les deux accusés sont également condamnés pour vol, pour avoir subtilisé des biens matériels et numéraires appartenant à des citoyens, et également pour détention illégale d’armes à feu en lien avec le terrorisme. Il s’agit de deux armes de type kalachnikov avec 3 chargeurs vides. 

Le parquet a requis 20 ans de prison assortis d’une période de sûreté de 15 ans. Le tribunal a suivi la réquisition du parquet.  Les deux complices ont alors été condamnés à :

-20 ans de prison assortis d’une période de 15 ans de sûreté;

– payer solidairement au titre des dommages et intérêts, 2 975 094 FCFA et 758 000 FCFA aux victimes.

Leurs armes que sont 2 kalachnikov et 3 chargeurs vides sont aussi confisquées.


Témoignage d’une victime 

A.D :   « Le 2 mai 2018, aux environs de 15h, j’étais assis devant ma porte. J’ai entendu des bruits de moteurs.

Je me suis levé pour voir de quoi il s’agit. Quand je me suis levé dans un premier temps, j’ai vu que c’était des hommes armés. Dans un deuxième temps, j’ai vu des drapeaux blancs qui étaient attachés devant les motos, avec une écriture noire en arabe.

Je me suis dis ‘ceux là ce ne sont pas ceux qui nous défendent’. Ils sont descendus, ils se sont approchés vers la cour, moi aussi je suis sorti.

Quand je suis sorti, j’ai levé mon doigt dire (en arabe) ‘nous tous, nous sommes venus de Dieu, nous allons tous repartir », ‘Il n’y a pas d’autre divinité que Dieu’ ‘Muhammad paix et salut sur lui, Messager de Dieu », ‘Dieu est Grand’.

J’ai commencé à réciter une sourate. Quand j’ai commencé à réciter, un du groupe m’a demandé ‘qu’est-ce que tu fais ?’.

Je lui ai répondu que j’étais en train de prier. Il m’a dit ‘Viens te coucher’, et je me suis couché.

Il m’a mis la face contre le sol, avec un foulard, il a caché ma face.

Quand j’étais couché, j’ai entendu un bruit qui fait savoir qu’il a chargé son arme (..)

L’un d’eux m’a demandé ‘où se trouve ton argent ?’. J’ai dit que ça se trouve dans ma maison. ‘Où se trouve la clé de la moto ?’. Je leur ai indiqué là où ça se trouve. Je leur ai dit que la clé  se trouve accrochée à la clé  de la porte de la maison.

Après ces questionnaires, il m’a donné un coup de pied dans la tête. Par la suite, il m’a fait relever et venir dans la maison, que de lui donner l’argent. Je

dis mais je vous ai déjà montré où se trouve l’argent. (…)

Il m’a demandé (en mooré) si j’ai une arme. Je lui ai répondu que je n’en ai pas et il est sorti me faire coucher encore.

 (…) J’ai entendu dans leur langue, ils ont parlé d’essence, ils ont parlé de bouteilles. En ce moment, je me posais deux questions: ‘est-ce pour me brûler ou bien pour incendier ma maison?’

(…) Je me suis couché toujours jusqu’à ce que je n’entende plus un seul bruit. J’ai eu le courage de lever ma tête pour regarder.

Quand j’ai levé la tête, je n’ai vu personne. J’ai eu le courage de me lever. En ce moment, on entendait les craquements des choses brûlées.

Le domicile contenait tout ce que j’avais,  mes documents…mes vêtements…

Ils sont arrivés sur trois motos homme. Ils s’étaient remorqués deux à deux, donc ils étaient au nombre de six. Chacun était armé avec des minutions (…) Ils ont emporté la moto. Ils étaient enturbannés ».

Articles similaires

Un commentaire

  1. Ceux-là doivent être condamnés à perpétuité. Si après les 20ans de condamnation, le terrorisme sévi toujours dans le pays, vous pensez qu’ils ne vont pas vouloir se venger?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page