Burkina Faso : Des présumés terroristes à la barre pour répondre de leurs actes

Il s’est ouvert ce 09 août 2021, le procès des présumés terroristes au tribunal de grande instance de Ouaga II. A la barre, S.O, O.K et M.D. Ils sont poursuivis pour « Association à des groupes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, détention illégale d’arme et destruction de biens ». 

La chambre correctionnelle spécialisée du pôle judiciaire spécialisé du tribunal de grande instance Ouaga II, dans le cadre de la répression des actes de terrorisme, a débuté ce 09 août 2021, le jugement des présumés terroristes.

A la barre, H.S et OK. Ils sont accusés de : « Association à des groupes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, détention illégale d’arme et destruction de biens ».

Il ressort des faits exposés par le juge, que le nommé H.S, a eu à passer plusieurs semaines au Mali, précisément à Tombouctou. Lors de son séjour malien, l’accusé a participé à une formation au maniement des armes. Il a également rencontré des chefs terroristes tels que Hamadou Koufa.  Toujours selon le juge, H.S a participé à plusieurs attaques sur le sol malien dont un attentant contre un convoi des casques bleus de la MINUSMA, ayant causé la mort d’un soldat de nationalité burkinabè. Des biens de la MINUSMA ont également été détruits. Lors de son interpellation, il a été retrouvé sur H.S, deux grenades dont une offensive et une autre défensive.

A la question du juge de savoir s’il est prêt à être jugé, H.S a d’abord répondu par l’affirmative avant d’interpeler le juge sur le fait qu’il n’avait pas été informé à temps de son procès. Selon lui, ce n’est que la veille (Ndlr : le 08 août 2021) qu’il a été mis au courant de son jugement. Il a demandé et obtenu du juge un renvoi du procès. Le procès doit maintenant se tenir lors de la deuxième session de la chambre correctionnelle spécialisée du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme. La date de ce cette session n’est pas encore déterminée.

Quant à K.O, visiblement plus âgé que S.H et ne s’exprimant qu’en langue locale, il lui est également reproché de s’être associé à des groupes terroristes. Selon le juge burkinabè lors de l’exposé des faits, ce présumé terroriste a séjourné au Mali tout comme H.O et a bénéficié d’une formation au maniement des armes de type AK-47 avant de rejoindre le Burkina Faso.

Des faits exposés par le juge, on retient également que H.O a eu à rencontrer à Ouagadougou, des membres de An Sardine, le groupe terroriste malien auquel il s’était associé. Le report du procès demandé par H.S a été également accordé à K.O. Les deux présumés terroristes qui se sont présentés sans avocats, n’ont pas reconnu les faits qui les sont reprochés. Ils seront certainement à la barre à l’ouverture de la deuxième session.

 A la barre également, un troisième présumé terroriste, D.K, le deuxième dossier de la journée. Né le 31 décembre 1989 et père de 3 trois enfants, ce présumé terroriste ne s’exprime qu’en langue locale. Son procès a été suspendu par le juge pour être repris ce 10 août 201 à 08 heures. La décision de suspendre du juge a été motivée par le fait que l’avocat de l’accusé n’était pas présent pour défendre son client.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page