Coupures intempestives d’électricité à Gaoua : Les chauves-souris pointées du doigt par la SONABEL

Le vendredi 23 juillet 2021 à Gaoua, la Société  Nationale Burkinabè d’Electricité (SONABEL), a expliqué que des roussettes (chauves-souris) et d’autres espèces animales sont liées en majeure partie aux coupures d’électricité constatées depuis quelques mois dans la région du Sud-Ouest. Cependant, au lendemain de ces explications, des Organisations de la Société Civile  (OSC) ont marché pour réclamer de meilleurs services en fourniture d’eau et d’électricité dans la même région. Elles ont par ricochet balayé du revers de la main le rattachement des chauve-souris aux coupures électriques.

Ce sont les chauves-souris géantes ou roussettes ainsi que d’autres espèces animales qui sont depuis un certain temps, à l’origine des coupures répétitives de courant dans la ville de Gaoua et ses environs, selon la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL).

En effet, Abdoulaye Sawadogo, le Directeur commercial de la nationale de l’électricité a expliqué que ces coupures électriques sont dues en majeure partie à ces animaux. « Une fois en contact avec les installations électriques, ces roussettes créent une interruption de courant électrique », a-t-il expliqué.

Il a fait comprendre que lorsque le courant est interrompu, les techniciens sont obligés de se déplacer jusqu’au lieu où l’incident s’est produit pour débarrasser les câbles électriques de ces bestioles.

Pour pallier au problème, la SONABEL compte apporter un groupe électrogène à Gaoua.

A cause d’Ebola, la population de ces chauves-souris s’est accrue

Boubacar Hama, un actif de la direction régionale de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique du Sud-Ouest, a fait comprendre que la population de ces grandes chauves-souris des régions tropicales s’est accrue ces derniers temps à cause de la maladie d’Ebola. Les autorités sanitaires avaient à l’époque invité les populations à ne pas en consommer la viande.

Il a également rappelé que ces roussettes ne sont pas intégralement protégées par la loi et qu’elles vivent dans des zones boisées. De façon précise, il a indiqué que dans la région du Sud-Ouest, ces chauves-souris sont présentes dans les communes de Bouroum-Bouroum, Loropéni, Nako, Kpuéré, Batié et bien d’autres communes.

« Nous connaissons des localités où il y a des roussettes mais le courant fonctionne normalement »

On se rappelle aussi qu’au lendemain des explications de la SONABEL, c’est-à-dire le samedi 24 juillet 2021, des Organisations de la société civile  (OSC) ont marché dans la ville de Gaoua pour exiger de la SONABEL et de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), une meilleure qualité de leurs services.             

Ces OSC sont revenues sur les explications données par la Nationale de l’électricité. « La SONABEL accuse les roussettes, ou les chauves-souris. Nous connaissons des localités où il y a des roussettes mais le courant fonctionne normalement. Dans la journée il y a aussi des coupures alors que dans leurs explications ils pointent du doigt les soirs (…); donc il y a quelque chose qui ne va pas. Nous avons appris dans leur conférence de presse qu’il y aurait un groupe pour minimiser ces coupures, c’est notre souhait si tel est le cas », a déclaré Sié Joseph HIEN alias Djopapyh, porte-parole de la coalition.

Ces OSC avaient également  transmis « un message » au Haut-commissaire de la province du Poni, Antoine Marie Sylvanus Doamba qui a promis de le transmettre à qui de droit. Toutefois la coalition entend engager des actions fortes si dans les prochains jours la situation des coupures d’électricité et de l’eau ne s’améliore pas. A titre d’illustration, Djopapyh a menacé en clamant que si les coupures persistent, la prochaine marche sera dirigée vers la SONABEL.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Source : AIB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page