Côte d’Ivoire : L’ex Premier ministre Guillaume Soro condamné à perpétuité

Toujours en exil, l’ex Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, a été condamné à perpétuité pour « atteinte à la sûreté de l’État », par la justice de son pays ce 23 juin 2021.

La peine de Guillaume Soro a été prononcée à l’issue d’un procès qui a débuté le 19 mai 2021.

Il était poursuivi avec 19 autres de ses partisans pour complot, tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État ainsi que diffusion et publication de nouvelles fausses jetant le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement, ayant entraîné une atteinte au moral des populations.

Ses proches collaborateurs notamment son avocate Affoussiata Bamba Lamine, son directeur du protocole Souleymane Kamagaté alias « Soul to Soul » et l’ancien député Ben Souk écopent, eux, de 20 ans d’emprisonnement.

Quant à Alain Lobognon, ancien Ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs et les frères de Guillaume Soro à savoir Simon et Rigobert Soro ainsi que Falicieb Sekongo, ils sont condamnés à 17 mois d’emprisonnement chacun. Cependant, ayant tous les 3 passés 18 mois en prison en attendant leur procès, ils sont désormais libres.

« Ces verdicts viennent renforcer ma conviction »

En plus des peines d’emprisonnement, la justice ivoirienne a condamné Guillaume Soro et ses 19 autres partisans à lui payer solidairement 1 milliard de FCFA de dommages et intérêts. Aussi la dissolution du mouvement politique de Guillaume Soro, dénommé Générations et peuples solidaires (GPS), a-t-elle été ordonnée par le juge ivoirien dans son verdict.

Même si les avocats de la défense ont annoncé qu’ils feront appel de la décision du juge, Guillaume pour sa part n’a pas attendu longtemps pour réagir. Il dit vouloir continuer son combat et rejette totalement ces verdicts « iniques prononcés en dehors de toutes les règles de droit et dictés uniquement par des considérations d’ordre politique ».

 Selon lui, le but ultime de ce procès est d’écarter sa personne définitivement du jeu politique de son pays. « Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse contre la captation de l’État ivoirien et la mise sous tutelle de toutes ses institutions », a déclaré l’ancien Premier ministre, toujours en exil.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page