Burkina Faso : La dépouille d’Assimi Kouanda accueillie à Ouagadougou

La dépouille d’Assimi Kouanda est arrivée de la Côte d’Ivoire ce mardi 8 juin 2021 et a été reçue par la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB). Ancien Secrétaire exécutif national du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) et ancien ministre d’Etat burkinabé, Assimi Kouanda est décédé le 1er juin 2021 à l’âge de 65 ans à Abidjan.

Le corps de feu Assimi Kouanda est arrivé à l’aéroport international de Ouagadougou ce mardi 08 juin 2021 aux environs de 15 heures. Depuis l’insurrection populaire de 2014 qui a occasionné la chute de Blaise Comparé, le défunt était parti vivre en exil en Côte d’Ivoire aux côtés de ce dernier.

Au sein de la foule venue accueillir la dépouille, se trouvaient des Hommes politiques dont des membres du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) ainsi des membres d’autres partis politiques. « Je voudrais au nom du président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), le président Eddie Komboïgo, qui est actuellement en mission à l’étranger, présenter nos condoléances à la famille éplorée de notre illustre camarade arraché à notre affection », a déclaré Achille Tapsoba, député du CDP.

Après l’étape de l’aéroport, la dépouille a été transportée à la mosquée de l’arrondissement de Bogodogo sis au quartier Zogona, à la demande de la FAIB. Une fois à la mosquée, une lecture du Saint Coran a été faite ainsi qu’une séance de récitation d’invocations.

Il faut savoir que le défunt a financé la construction de ladite mosquée de son vivant. C’est pourquoi El Hadj Oumarou Zoungrana, le président de la Fédération des associations islamiques du Burkina , a indiqué qu’il était nécessaire d’accueillir le corps dans ce lieu afin de lui faire des bénédictions et des douas avant de le remettre à sa famille. Il est important de savoir que les proches du défunt n’ont pas encore livré les informations concernant la date de son inhumation.

En rappel, le décès Assimi Kouanda intervient dans un contexte où il est question de Réconciliation Nationale au Pays des Hommes Intègres. Zéphirin Diabré, ministre de la Réconciliation Nationale depuis sa prise de fonction exhorte tous les fils et filles du pays qui se considèrent comme étant des exilés politiques « à revenir au Faso », à condition que ceux qui ont un dossier en justice aillent répondre une fois rentrées.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page