Zéphirin Diabré en Côte d’Ivoire : « Je ne suis pas allé chez le président Compaoré »

Le ministre d’Etat, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, était face à la presse ce 1er juin 2021. Lors de ce rendez-vous avec les Hommes de média, Zéphirin Diabré est revenu sur les circonstances de sa rencontre en début du mois de mai 2021, avec l’ancien président Blaise Compaoré en exil en Côte d’Ivoire.

« C’est l’occasion pour moi de dire et dire tout sur ce voyage que j’ai conduit en terre ivoirienne », a déclaré Zéphirin Diabré en l’entame de ses propos. Selon lui, la raison fondamentale de son déplacement en Côte d’Ivoire, était d’apporter au président ivoirien Alassane Ouattara, un message du Président du Faso Roch Kaboré. Le message en question consistait à expliquer au président Ivoirien, la démarche de la réconciliation nationale envisagée par le Burkina Faso.

Selon Zéphirin Diabré, cela était nécessaire dans le mesure où les deux pays à savoir la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont beaucoup de liens. Aussi, ce voyage était-il utile, selon le ministre d’Etat, pour le fait que « certains aspects dits problèmes de réconciliation », se trouvent également au bord de la lagune Ebrié. « Il était important comme l’a fait mon homologue qui est venu faire la même chose ici, que j’explique la question de la réconciliation aux autorités ivoiriennes », a-t-il fait savoir

Ce voyage en terre ivoirienne n’avait donc pas pour finalité d’aller rencontrer une autre personne autre que le président Alassane Ouattara, Zéphirin Diabré. « L’objectif du voyage n’était pas d’aller voir qui que ce soit », a-t-il martelé.

A l’en croire, la question de la rencontre avec Blaise Compaoré est venue suite aux échanges avec les autorités ivoiriennes. « Bien entendu, la question de l’ancien président Blaise Compaoré s’est invitée aux échanges », a-t-il indiqué. Selon le ministre, c’est après avoir pris connaissance de son message que les autorités ivoiriennes ont voulu que Blaise Compaoré, le principal concerné, l’entende de lui-même. Et le message en question était en lien avec la situation des exilées politiques. « Pour toutes les personnes quelles qu’elles soient qui se considèrent comme exilées politiques, nous les invitons à revenir au Faso, selon les principes suivants : Celui qui vient et qui n’a pas un dossier à la justice, vaquera librement à ses occupations sans aucune entrave. (…) Deuxième principe, celui qui a un dossier à la justice, si vous êtes dehors et que vous rentrez, vous partez voir le juge qui que vous soyez. Ce n’est pas possible que le gouvernement interfère dans un dossier de justice. Les dossiers de justice suivent leurs processus jusqu’à leurs aboutissements. C’est ce message qui était inclus dans ma présentation par rapport à ceux qui étaient en exil », a expliqué Zéphirin Diabré.

C’est donc sous l’initiative du gouvernement ivoirien que Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré se sont rencontrés et ont pu effectivement échanger. « Je ne suis pas allé chez le président Compaoré mais c’est plutôt le gouvernement ivoirien qui a organisé une rencontre dans un endroit donné avec des responsables ivoiriens. J’ai donc pu le rencontrer et ce qui a été l’occasion pour moi de dire à lui-même, les principes autour desquels la réconciliation se fait notamment la question des exilés », a tenu à clarifier le ministre d’Etat, chargé de la réconciliation nationale.

Pour Zéphirin Diabré, il n’y a aucune ambiguïté sur la conduite de la réconciliation nationale. Aux « septiques », il dit leur demander d’attendre les résultats des actions et non de vouloir dépasser « l’iguane » dans l’eau.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page