Education nationale au Burkina Faso : Le ministre Stanislas Ouaro sollicite le Conseil Economique et Social pour l’organisation des assises nationale

Le ministre de l’Education nationale, Stanislas Ouaro est parti à la rencontre de Moïse Napon, le président du Conseil Economique et Social (CES) et de ses collaborateurs ce 4 mai 2021, afin de discuter sur la démarche à adopter dans le but d’une meilleure organisation des futures assisses nationales sur l’éducation. A cette occasion, le ministre a souhaité que cette organisation soit partie prenante de ces assises afin de contribuer à améliorer le fonctionnement du système éducatif national.

Dans l’optique d’impliquer toute la communauté burkinabè dans les prochaines assises nationales sur l’éducation, Stanislas Ouaro, le ministre de l’Education nationale, s’est rendu au Conseil Economique et Social (CES) pour parler de la démarche à adopter pour l’organisation de ce projet.

« Nous souhaitons que les réflexions se poursuivent autour des TDR (Termes De Référence) que nous avons mis à leur disposition afin de nous faire des suggestions, des recommandations et des amendements pour que nous puissions mieux préparer ces assises-là », a expliqué le chef du département de l’Education nationale.

Également, étant donné que le CES est une structure de veille, de réflexion et de proposition de solutions dans le domaine économique et social, Stanislas Ouaro a souhaité la participation de cette structure aux assises pour l’atteinte de conclusions pertinentes, à même d’améliorer le fonctionnement du système éducatif.

Un travail de sensibilisation des élèves est en cours…

Moïse Napon, le président du CES a apprécié cette logique d’inclusion entreprise par le ministère de l’Education nationale. Selon lui, « l’enfant est éduqué par le village », et cela va amener l’Etat burkinabè à trouver des solutions durables pour une amélioration de la formation scolaire.

Concernant la grève d’élèves qui est survenue la veille (le 3 mai 2021), Stanislas Ouaro a fait savoir que son ministère s’est engagé à ce que tous les casseurs soient sanctionnés. Toutefois, il a indiqué qu’un travail de sensibilisation est « toujours » en cours auprès des élèves, au sein des établissements. « Ce que je voudrais leur demander c’est vraiment de se concentrer sur la fin de l’année pour ce qui est des examens scolaires mais aussi pour les classes intermédiaires », a-t-il affirmé.

Josué Tiendrébéogo

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page