Etats-Unis : La dernière gifle de Donal Trump au Burkina Faso et à 14 autres pays africains

Dès le 24 décembre 2020, les Burkinabè et les ressortissants de 14 autres pays de l’Afrique devront débourser une caution de 5000 à 15000 dollars (2,5 millions à 7,5 millions) pour se rendre aux Etats Unis pour des voyages d’affaires ou dans le cadre du tourisme. C’est la dernière décision prise par Donald Trump concernant l’immigration.

En plus du Burkina Faso, les pays concernés par cette décision du bientôt ex président américain sont le Djibouti, l’Érythrée, la Gambie, la Guinée-Bissau l’Angola, le Tchad, la République Démocratique du Congo, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, le Soudan, Sao Tomé-et-Principe, le Cap-Vert et le Burundi.

Cette caution qui représente 29 ans de revenus moyens en RDC et 53 ans de salaires au Burundi et remboursable sera exigée par les agents consulaires américains.

Cette décision de Donald Trump rentre dans le cadre de nouvelles règles temporaires, dans le cadre d’un « programme-pilote de six mois ».

Ainsi, après avoir limité l’immigration aux pays d’origines qualifiables de « musulmans », Donald Trump avant de quitter la maison blanche, veut réduire l’accès du pays de l’Oncle Sam aux touristes et aux voyageurs d’affaires originaires des pays aux « taux de dépassement de séjour ».

Faso7

Source : Jeune Afrique

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page