Enregistrement des naissances au Burkina Faso : Le programme BRAVO! réunit les principaux acteurs à Ouagadougou

La communauté de Sant ’Egidio au Burkina Faso à travers son programme BRAVO! (Birth registration for all versus oblivion) a débuté ce 27 octobre 2020 une rencontre tripartite de deux (02) jours avec  les différents acteurs de l’état civil du Burkina Faso.  Cette rencontre tripartite qui réunit les acteurs du ministère de la santé, du ministère de la justice et du ministère de l’administration territoriale a pour but de créer un cadre d’échange entre ces différents acteurs après les rencontres sectorielles tenues dans 04 régions du Burkina Faso.

Après avoir initié des rencontres sectorielles dans 04 régions du Burkina soit 11 provinces, 19 districts sanitaires et 07 juridictions, le programme BRAVO! de la communauté de Sant ’Egidio au Burkina Faso, a organisé une rencontre tripartite entre les agents du ministère de l’administration territoriale, du ministère de la justice et ceux du ministère chargé de la santé ce 27 octobre 2020 à Ouagadougou.

Les participants à la rencontre tripartite

Pour la responsable du programme BRAVO!, les différentes rencontres sectorielles initiées avant cette rencontre tripartite sont intervenues après avoir fait le constat selon lequel les différents acteurs engagés dans le processus d’élaboration des actes d’état civil rencontraient des problèmes. Elle estime que ces difficultés ne pouvaient être résolues sans des échanges au préalable entre les acteurs . « Sur le terrain nous nous sommes rendu compte que les différents acteurs avaient des difficultés et que ces difficultés ne pouvaient être résolues que s’ils arrivent à se parler. (…) A l’issue de ces rencontres sectorielles, il est bon qu’ils puissent être dans une même cage et échanger à bâtons rompus sur les difficultés », a déclarée Colette GUIEBRE.

Par ailleurs, au-delà de permettre aux différents acteurs de se prononcer sur les difficultés qu’ils rencontrent, cette rencontre tripartie selon Colette GUIEBRE va permettre aux différents acteurs de dégager des voies et moyen pour une meilleure collaboration entre eux afin de permettre de « booster l’enregistrement des faits d’état civil » et « l’enregistrement des enfants dès la naissance ».

Des perspectives après les échanges

A l’issue de ces différentes rencontres sectorielles, la première responsable du programme Bravo de la communauté des Sant ’Egidio au Burkina Faso dit être satisfaite des résultats de leurs travaux. « La leçon que nous tirons de ces rencontres est positive. Nous sommes par exemples à un taux assez important de création de centres secondaires dans les centres de santé quand bien même au niveau du centre de santé, l’agent de santé n’est pas toujours au parfum des questions d’état civil d’où l’intérêt des rencontres sectorielles des faits » a laissée entendre Colette GUIEBRE.

« Bravo à BRAVO! » Pierre Bicaba

L’autre point de satisfaction selon Colette GUIEBRE est le fait que ces rencontres entre les différents acteurs ont permis de comprendre la nécessité de l’enregistrement sur place des enfants dès la naissance. «Là aussi c’est une difficulté parce qu’ avec les magistrats, nous arrivons à comprendre l’intérêt d’identifier le déclarant et comment arriver à pallier cela en parlant entre santé et Justice. Nous savons que le carnet de santé peut servir dès l’accouchement pour faire la déclaration et donc de l’identification de la mère qui est le plus souvent la difficulté pour l’enregistrement des enfants », a-t-elle poursuivie.

Pour ce qui est des perspectives, selon Colette GUIEBRE, il s’agira pour le programme BRAVO! de travailler à ce que ces séries de rencontres entre les différents acteurs  puissent se tenir de façon continue. « Nous souhaitons faire en sorte qu’elles puissent se perpétuer dans les 04 régions dans lesquelles nous intervenons qui sont le Centre, le Centre-Sud, le Plateau-Central et le Centre-Ouest parce que nous estimons que c’est un des maillons importants pour l’enregistrement des faits d’état civil », a-t-elle déclarée.

« Bravo au programme BRAVO! »

Pour le secrétaire général du ministère de l’administration territoriale de la décentralisation et de la cohésion sociale (MATDC), représentant le ministre, la tenue de cette rencontre est nécessaire du moment où la prise en charge des questions de l’état civil est une question transversale. « Elle concerne plusieurs départements ministériels que sont la justice, la santé et l’administration territoriale. Pour faire avancer notre état civil, il a fallu tenir des rencontres sectorielles » s’est exprimé Pierre Bicaba.

Photo de famille entre les membres du programme BRAVO!, les participants à la rencontre et le Secrétaire général du MATDC

Pour lui, après les rencontres sectorielles avec les différents ministères, il était très utile de réunir tous les acteurs pour évaluer les problèmes et envisager des perspectives pour moderniser l’état civil au Burkina Faso et « Faire en sorte que tous les enfants qui naissent au Burkina Faso soient enregistrés à l’état civil dans les délais légaux ».

Le Secrétaire général Pierre Bicaba s’est dit satisfait de l’initiative et a tenu à féliciter le programme BRAVO! de la communauté de Sant ’Egidio au Burkina Faso. « Bravo à BRAVO! », a-t-il lancé.

En rappel le programme BRAVO! est un programme conçu pour soutenir la modernisation des systèmes d’état civil afin de parvenir à l’enregistrement universel des naissances dans quatre pays d’Afrique dont le Burkina Faso. Il est financé par l’Union Européenne à travers son programme Population et la Province autonome de « TRENTO » en Italie à travers son projet « Renforcement de l’enregistrement des faits d’état civil en particulier des naissances ».

Faso7

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page