Côte d’Ivoire : « Personne ne peut dire que je suis un mégalomane » Alassane Ouattara

A quelques jours de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, la tension est à son comble son la candidature du président sortant. Dans une interview accordée à RFI ce 27 octobre 2020, Alassane Ouattara a une fois de plus tenté de justifier son choix de se représenter pour un éventuel troisième mandat sa candidature.

« Sacrifice pour mon parti mais surtout pour mon pays », « Par devoir patriotique », « Pour la sécurité de mon pays et celle régionale », « Sacrifice de mon aura personnel au détriment de mon pays », tels sont les arguments qu’Alassane Ouattara utilise toujours pour justifier sa candidature. Pour lui, c’est la mort de l’ancien premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui a favorisé cette situation.

Pour l’opposition ivoirienne, la décision du président sortant de participer à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 n’est rien d’autre que l’expression de la mégalomanie d’un homme qui se voit comme un homme providentiel. Alassane Ouattara estime que les arguments de l’opposition politique ivoirienne ne sont rien d’autre que l’expression de la peur de perdre l’élection face à lui. « Personne ne peut dire je suis un mégalomane. Fondamentalement, ce qui m’importe c’est ma conscience et l’amour pour mon pays. Je considère que cette décision est bonne. Si c’était Amadou Gon Coulibaly, ils se font des illusions, Amadou les aurait battus. C’était clair parce que c’est le parti qui fait l’élection. Ce n’est pas la personne. (…) A parti du moment que c’est moi, pour eux, la défaite est certaine. C’est la raison pour laquelle ils décident de ne pas aller aux élections », a-t-il déclaré.

En rappel les contestations contre la candidature d’Alassane Ouattara ont éclaté dans plusieurs localités du pays. A Dabou, elles ont été plus violentes où selon les autorités plus de 10 personnes ont perdu la vie avec une soixantaine de personnes blessées.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page