Corruption au Burkina Faso : La couronne revient à la Police municipale

Le réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a rendu public le 09 octobre 2020, les résultats du sondage réalisé sur l’état de la corruption au Burkina Faso au titre de l’année 2019.

Selon les résultats des travaux du REN-LAC, le sondage a été réalisé dans 14 villes des 13 régions du Burkina Faso et 1990 personnes ont été sondées sur une prévision de 2000 personnes.

Les résultats présentent la Police municipale comme étant le service public le plus corrompu suivie de la Police Nationale et de la Direction générale des transports terrestres et maritimes).

Il faut retenir que les résultats du rapport 2019 ne présente pas de grand changement en matière des services les plus corrompus comparativement aux résultats de 2018. En réalité il n’y a que les places qui ont changé, a souligné le secrétaire exécutif du Ren-Lac, Sagado Nacanabo. En effet, la Police municipale qui est première en 2019 était deuxième en 2018 et la police nationale était première en 2018.

Pour le premier responsable du REN-LAC, ce sont les comportements indélicats de ces différents services publics qui poussent les populations à croire que la corruption est l’unique moyen pour bénéficier de leurs services et obtenir gain de cause. Selon lui, le rapport 2019 révèle que 75,7% de la population burkinabè est consciente que la corruption est entrain de s’ériger en norme au Burkina Faso.

Il faut retenir qu’à l’orée des élections présidentielle et législatives, le REN-LAC a tenu à faire savoir qu’il veille au grain pour ce qui concerne les éventuelles fraudes électorales. Des observateurs du réseau envoyés sur le terrain depuis bientôt un mois, va permettre au réseau de se prononcer sur ce sujet dans les jours à venir, a indiqué Sagado Nacanabo.

Téléchargez le rapport : Rapport REN-LAC 2019

Faso7

La photo est une illustration

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page