Burkina Faso : L’Université Joseph Ki-ZERBO et le Lycée Philippe Zinda KABORE remportent les finales de débats et d’art oratoire

Après plusieurs mois de compétition, les finales de la 8ème édition du programmes « Les débats oratoires » ont lieu ce 26 septembre 2020 à l’Institut français de Ouagadougou. Deux finales ont été à l’affiche lors de cette soirée de clôture.

La première finale a concerné les équipes des universités du Burkina. Pour cet étapes, l’université Joseph Ki Zerbo s’est opposée à l’institut des sciences de l’entreprise et de management (INSEM). Les deux équipes se sont opposées au tour du thème « Ce gouvernement ne reconnaîtra plus un président africain qui a plus de deux mandats »

Pour mener le débat, l’université de Ouagadougou qui représentait l’opposition s’est opposée à la limitation des mandats à deux. « On peut faire deux mandats mais pas deux mandats consécutifs », ont-ils défendu.

Quant à l’ISEM, le projet de loi devrait être adopté afin de mettre fin au cycle des présidents éternels en Afrique et éviter les crises postélectorales. Au final c’est l’Université Joseph KI ZERBO qui a remporté le trophée de vainqueur avec moyenne de 83,9/100 contre 79,10/100 pour l’ISEM.

Faire la promotion de l’art oratoire

La deuxième finale a opposé deux équipes issues du niveau secondaire. Il s’agit notamment de l’équipe des débateurs du Lycée Philippe ZINDA KABORE à celle du club des Débateurs de YAKO. Les deux équipes composées de 3 personnes chacune ont défendu leurs idées autour du thème « Le statut de volontaire au Burkina Faso permet au Gouvernement de maintenir la sociale sociale ».

Pour l’équipe du ZINDA contrairement au club de YAKO, le statut de volontaire est loin de permettre aux gouvernements de maintenir la cohésion sociale. Pour Ouédraogo Cheick, l’un des débateurs du ZINDA, les volontaires constituent un danger à venir si on n’y prend pas garde. C’est d’ailleurs l’équipe du Lycée Philippe ZINDA KABORE qui a remporté cette finale avec une moyenne de 34/40 contre une moyenne de 25/40 pour le club des débateurs de Yako.

Pour l’initiateur de cette compétition, Thomas d’Aquin OUEDRAOGO, les débats et art oratoire vise spécifiquement à faire la promotion de « l’Art oratoire, du débat, du leadership, de la communication et de la promotion des valeurs démocratique ».

Présent à la cérémonie entant que partenaire l’ambassadeur de France au Burkina a tenu à exprimer toute sa satisfaction. « J’ai été très impressionné par les candidats. J’ai déjà repéré quelques-uns quelques-unes que je vais utiliser pour préparer mes prochains discours ou argumentaires parce qu’ils sont très brillants », s’est exprimé Luc HALAL.

Il faut retenir que les différents prix sont composés de documents, de dictionnaires, d’abonnements à la Médiathèque du Faso ainsi que plusieurs autres lots en nature.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page