Burkina Faso : Fin de parcours pour des cybercriminels à Ouagadougou

La Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité a présenté ce jour 18 septembre 2020, un réseau de quatre présumés cyber-escrocs qu’elle a démantelé.

Ce réseau qui est composé de trois (03) élèves et d’un (01) étudiant a pu être démantelé grâce à une enquête ouverte suite à l’enregistrement d’une dizaine de plaintes portées par des victimes de ces présumés escrocs. Les individus qui compose ce réseau sont essentiellement âgés de 20 ans et 21 ans.

Ces individus pour avoir leurs victimes se faisaient passer pour des commerçants. En effet ils publiaient sur le réseau social Facebook les photos d’articles à vendre à des prix très abordables selon le Commissaire de Police Bantida Samire Yoni, Commandant de la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité. Ces présumés criminels utilisaient des faux profils pour faire leurs différentes publications.

Le matériel saisi par la Brigade

Leurs victimes sont essentiellement des personnes qui, croyant effectivement avoir affaire à des commerçants, envoyaient en plus des photos de leur CNIB, de l’argent via les services de transfert d’argent téléphoniques à ces présumés criminels afin de pouvoir rentrer en possession de leurs différents articles. Malheureusement, ces articles n’arriveront jamais.

Plus de 10 millions extorqués aux victimes…

Après plusieurs mois d’enquête, la Brigade a pu découvrir que les présumés délinquants utilisaient les CNIB de leurs victimes pour pouvoir acquérir des cartes SIM pour la création des faux comptes Facebook ainsi que des comptes de transferts d’argents à travers les réseaux. Selon le commissaire, sept (07) faux comptes ainsi que sept (07) fausses pages Facebook ont été crées par le réseau de présumé délinquants dans leurs entreprises frauduleuses.

La Brigade a pu saisi des mains de ces présumés délinquants plusieurs cartes SIM ainsi que des reçus d’achat de cartes SIM, des clés USB, un ordinateur portable de marque Lenovo, des cartes VISA, et neuf (09) téléphones. Tout le préjudice causé se lève à un montant de plus de 10 millions de francs CFA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page