Burkina Faso : Le ministre du commerce rend compte de sa gestion

Ce lundi 7 septembre 2020, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MCIA) Harouna Kaboré a présenté devant la presse le bilan des actions de son département de 2018 à 2020 dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES.

C’est le quatrième du genre après ceux de mars 2018, fin 2018 et fin 2019. Cet exercice vise à rendre compte de la gouvernance du ministre Harouna Kaboré et son équipe courant la période 2018-2020.L’objectif est de mettre en lumière d’une part les résultats de son engagement depuis qu’il est à la tête du département et les perspectives qui se dessinent sur les sentiers tracés d’autres part.

Le ministère compte à son actif plusieurs actions phares. En matière de réformes, le ministère a œuvré dans la déconcentration des Centres de formalités des entreprises et des Centres des facilitations des affaires. A cela s’ajoute l’opérationnalisation de la plateforme de création d’entreprise en ligne ce qui a favorisé une croissance soutenue du nombre de nouvelles entreprises créées, passé de 11 661 en 2016 à 13 137 en 2019. Nous pouvons également retenir la mise en service du Portail virtuel dénommé « Portail d’Entrée au Burkina Faso ».

En matière d’investissements

A ce niveau nous retenons principalement l’adoption en 2018 du nouveau code des investissements dont les innovations ont permis de dynamiser l’investissement. En effet, l’investissement privé est passé de 878,2 milliards en 2016 à 1296,6 milliards en 2019. Aussi, l’accroissement du nombre de demande d’agréments a presque triplé passant de 38 en 2016 à 106 en 2019.
Le ministère a en termes d’initiative renforcer le Capital Productif des Petites et Moyennes Entreprises (IRCP-PME). Cette action a permis à 10 PME de chaque région de bénéficier des équipements de productions d’une valeur de 4 millions par bénéficiaires. Il a eu des initiatives qui ont permis la certification de 79 produits, de renforcer les capacités des tisseuses par la dotation de cinq mille (5000) métier à tisser, de labelliser le Faso Dan Fani et le chapeau de Saponé.

En matière de promotion des filières porteuses

Plusieurs efforts ont été entrepris à ce niveau. Ce sont notamment la création et l’opérationnalisation du Conseil Burkinabè d’Anacarde, l’octroi de subventions par l’Etat à la filière coton au cours des trois (03) dernières campagnes pour un montant cumulé de 64 milliards de francs CFA. Les campagnes de déstockage des produits en mévente de la SAP Olympic, la mise en œuvre du protocole d’accord avec les distributeurs et importateurs de sucre, l’appui aux huileries sont les exploits parmi tant d’autres réaliser par Harouna Kaboré et ses collaborateurs.
Pour lutter contre la fraude grandissante au Faso, une Brigade Mobile de Contrôle économique et de la Répression des Fraudes (BMCRF) a été créée et a permis de saisir 1700 tonnes de sucre et 96 572 bidons d’huiles alimentaires importés irrégulièrement, 3 992 736 sachets plastiques, 7 665 bouteilles de liqueur frelatée 47 973 cartouches de cigarettes non homologuées et 42 unités de production d’huiles alimentaires mises sous scellé pour non-respect de cahier de charge.

Tous ces acquis ont été engrangés grâce à l’accompagnement de tous les acteurs parmi lesquels les partenaires sociaux.

Le ministre Harouna Kaboré a par ailleurs salué leur esprit de dialogue, toute chose qui aura permis de créer un climat apaisé au sein du département et à exhorter ses collaborateurs à davantage détermination pour des résultats encore plus éclatants.

Gédéon Sango (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page