La Chronique du Tarmazollé │ On ne veut pas une deuxième opération Bayiri !

Prévenir vaut mieux que guérir. Je ne sais pas vous, mais ce qui se prépare en Côte d’Ivoire ne me plaît pas. Je ne parle pas de leur politique. Chacun prépare et mange ce qui le regarde dans sa maison. Voilà ! Ce qui ne me plaît pas, c’est la façon dont on est en train de regarder nos compatriotes burkinabè.

On les regarde comment ? On les regarde comme on un homme qui a marché sur du feu et au lieu de s’en prendre au  feu, il gifle le coq qui passe à côté de lui et qui n’était au courant de rien ! Non, ce n’est pas sérieux. Il ne faut pas que nos parents là deviennent des coqs de la farce.

Si les Ivoiriens ont des problèmes avec leur président, qu’ils les règlent avec leur président. Qu’ils laissent nos compatriotes tranquilles. Est-ce que c’est eux qui ont dit à Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat ? En quoi s’en prendre à eux va empêcher Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat ?

D’ailleurs même, il faut que les Ivoiriens se conseillent entre eux Ivoiriens. Je sais qu’ils ne sont pas tous comme ça. Donc que ceux qui sont lucides se mettent à table pour conseiller leurs frères et sœurs. Ce n’est pas en tapant chaque fois sur ceux qui vous ont aidés à construire votre pays que vous allez vous sentir mieux. Au contraire. Imaginez que ceux sur qui vous voulez taper décident de taper aussi sur vos parents qui  sont chez eux, est-ce qu’on va s’en sortir ? Savez-vous combien d’Ivoiriens il y a au Burkina Faso ? Ils aident aussi à construire le Burkina Faso. Mais il ne viendrait pas à l’idée d’un Burkinabè de vouloir s’en prendre à eux parce qu’ils sont des étrangers. Même moi avec ma dose de tarmazol, je n’oserai jamais penser à une chose pareille.

Et pourquoi ? Parce que nous sommes des frères. Africains. Et c’est parce qu’on ne s’entend pas, on s’assoit sur de vieux trucs sans intérêts et sans base utile que notre continent est toujours l’âne des autres continents. Est-ce que c’est bien d’être l’âne des autres ? Non ? Donc, il faut qu’on quitte dans ça.

Maintenant, je vais dire mes vérités à mes frères et sœurs qui sont là-bas. Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! Mettez votre bouche dans ce qui vous regarde. Vous n’avez pas le droit de vote, donc, laissez-les faire leur politique. Vous savez bien qu’on dit chez nous que lorsque tu dors sur la natte de quelqu’un, tu dors à même sol. Donc, à bon entendeur, salut !

Enfin, je parle au Président du Burkina. Pardon, je demande pardon, Excellence ! Il faut parler aux autorités ivoiriennes. Qu’elles fassent tout pour préserver la vie de nos concitoyens. On voit les autres se débattre pour sauver leurs compatriotes. Monsieur le Président, on veut vous voir faire pareil. Parce que, sans vous mentir, dans la vérité vraie et dans le fond de notre cœur, avec le plus du million de déplacés internes qu’on a, on ne veut plus d’une deuxième opération Bayiri !

Tarmazollement, Vôtre !

———————————————————————————————————————————-

« La chronique du Tarmazollé » est une rubrique satirique et caustique animée chaque lundi matin par « Le Tarmazollé de Faso7 ». Le Tarmazollé de Faso7 est un jeune Burkinabè, comme tous ces jeunes Burkinabè qui sont remplis de rêve, de bravoure, mais qui sont obligés de se fondre dans la fange des stupéfiants (l’un d’eux est bien connu sous le nom de « Tarmazoll » ou Tramadol), face à leurs horizons bouchés. Mais ce n’est pas parce que le jeune Burkinabè consomme le « Tarmazoll » qu’il perd de vue les priorités de son pays et qu’il est inconscient. Il a son mot à dire, histoire de faire changer les choses. Histoire que les horizons se débouchent, afin qu’il puisse abandonner le Tramadol.  Sans langue de bois, avec un humour trempé dans l’acide, Le Tarmazollé, après avoir pris « sa dose », va s’attaquer aux maux, défis et problèmes que rencontre la société burkinabè dans tous ses compartiments. Il va parler afin qu’on l’aide à abandonner le tramadol.  Le jour où les problèmes qui lui font prendre le Tramadol finiront, alors, la mission du «Tarmazollé de Faso7 » prendra fin. Ce qui n’est pas encore le cas.

 

 

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page