Tabaski au Burkina Faso : L’imam insiste sur les messages de paix à la Place de la Nation

Les musulmans du Burkina Faso célèbrent la fête de la tabaski à l’instar de plusieurs autres pays du monde ce 31 juillet 2020. A Ouagadougou, bon nombre de fidèles ont fait la prière à la Place de la Nation, en présence de diverses autorités administratives, religieuses et coutumières.

Après la forte pluie matinale, des milliers de fidèles musulmans se sont rendus à la Place de la Nation de Ouagadougou pour effectuer la prière de l’Eid Kébir. Après avoir rappelé le contexte de cette célébration, l’imam de l’occasion a prié pour le retour de la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso.

Le Mogho Naaba present à la Place de la Nation à l’occasion de la prière de Tabaski

Selon l’imam El Adj Abdallah Ouédraogo, les Burkinabè ont toujours su vivre ensemble. « Avant que les religions n’arrivent au Burkina Faso, la cohésion, la fraternité était quelque chose de vécue. Aujourd’hui la religion ne doit pas être une raison pour diviser les Burkinabè », s’est-il exprimé. Le Burkina Faso se préparant à entamer les élections couplées en novembre 2020, l’imam a saisi l’occasion pour appeler tous les Burkinabè à la sagesse. Pour lui, tous les acteurs politiques et les populations doivent avoir un message « de paix, de cohésion, un message qui soulage » afin que tous les Burkinabè se retrouvent, au soir des élections, pour construire « un pays fort, un pays émergent ».

« Le prêche de tout à l’heure de l’imam m’a beaucoup frappé »

Plusieurs autorités administratives sont venues communier avec les fidèles musulmans en cette matinée du 31 juillet 2020. En effet le gouverneur du Centre, en compagnie du ministre de la sécurité, de celui de l’administration territoriale, du président de l’assemblée nationale et du maire de la commune de Ouagadougou ont effectué le déplacement à la Place de la Nation.

Les fidèles musulmans à la Place de la Nation

Pour le ministre de l’administration territoriale, la présence des membres du gouvernement auprès des fidèles musulmans traduit un message d’espoir. « C’est un message d’espoir au nom du gouvernement que nous apportons. Chaque année le gouvernement fait un effort pour être à coté des religions. Aujourd’hui particulièrement nous sommes à coté de la religion musulmane (…) pour témoigner aux musulmans qui sont à Bobo, qui sont à Orodara, à Diapangou etc. que le gouvernement suit avec intérêt leurs prières pour ce pays, leur espoir pour ce pays. (…) Nous savons que toutes les religions sont des religions de paix. Ce sont les religions qui travaillent à la cohésion sociale et pour notre vivre ensemble », s’est exprimé Siméon Sawadogo.

Présent également auprès des musulmans, le cardinal Phillipe Ouédraogo, a exprimé toute sa satisfaction suite aux propos de l’imam pendant le sermon.

Le Cardinal Philippe Ouédraogo et ses conseillers auprès de musulmans à la Place de la Nation

« La présence des catholiques ici avec les musulmans est une présence de fraternité, une présence d’amitié. Pour les chrétiens comme pour les musulmans, Abraham c’est le père des croyants. Il a obéi à Dieu jusqu’à offrir son fils. (…) Il laisse vraiment une leçon à tous les croyants du monde entier, l’obéissance à Dieu, vivre selon la volonté de Dieu. Le prêche de tout à l’heure de l’imam m’a beaucoup frappé. Il a beaucoup insisté sur notre vivre ensemble. Il a insisté sur la paix. Cela est vraiment un message très fort. Nous souhaitons que cette force fortifie notre union entre croyants, entre citoyens et ensemble nous prions pour une société reconciliée dans la justice et dans la paix véritable et durable » s’est-il exprimé.

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page