Burkina Faso : Le CDP va investir son candidat le 26 juillet 2020

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CPD) a animé une conférence de presse ce 20 juillet 2020 pour annoncer officiellement l’investiture de Eddie Kombiogo, le 26 juillet 2020, comme candidat du parti à la présidentielle de novembre 2020.

Selon le conférencier, après l’élection à la candidature remportée par Eddie Kombiogo, le président d’honneur du parti, à savoir Blaise Compaoré, a donné son approbation le 09 juillet dernier pour l’investiture du candidat.

La cérémonie aura donc lieu lors d’un congrès extraordinaire, le 26 juillet 2020 au Palais des sports de 2000. « Un comité d’organisation est déjà mis en place pour faire de cet événement un succès », a fait savoir Achille Tapsoba, vice-président du CDP.

Le parti a tenu à inviter ses militants à cet événement qui va « donner le ton de la victoire du parti au soir du 22 novembre 2020 ».

« Mahamadi Kouanda s’est exclu lui-même »

Par ailleurs, le vice-président du parti s’est prononcé sur le cas Mahamadi Kouanda. En rappel, ce dernier a annoncé sa candidature le 18 juillet 2020 comme étant le « vrai candidat du CDP ». Il estime avoir été victime d’injustice lors de la désignation à la candidature. Selon Achille Tapsoba, « C’est le camarade Lamine Kouanda qui s’est exclu de la compétition. Il a déposé un dossier incomplet auprès du collège de désignation de candidat. Il manquait le certificat de nationalité et le casier judiciaire ». Pour ce qui est de la candidature annoncée par Kouanda, le vice-président du CDP a fait savoir que « Lamine Kouanda peut être candidat s’il le veut, comme il l’entend mais il ne peut pas être candidat du CDP »

Kouanda réclame 75 millions  de F CFA au CDP

En ce qui concerne la plainte déposée par Mahamadi Kouanda contre son parti, le CDP, Achille Tabsoba a reconnu avoir reçu une plainte par voix d’huissier émanant de Mahamadi Lamine Kouanda. L’objet de la plainte est l’annulation du procès-verbal de désignation du candidat du parti et le payement de 75 millions de francs qu’il estime que le parti lui doit. Pour le vice-président du CDP, ce n’est pas la première fois que le parti est attaqué en justice par la même personne. Le parti ira donc se faire entendre le moment venu, a-t-il rassuré. Avant tout, il a fait savoir qu’il n’est pas au courant des 75 millions de francs dont Mahamadi Kouanda exige le remboursement par le parti.

En rappel, Mahamadi Kouanda ainsi que 06 autres personnes ont été exclus le 18 juillet 2020 des instances du CDP pour une durée de 06 mois. Il leur est reproché le non respect des textes, des orientations du président d’honneur, de la récidive et de l’indiscipline.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page