Hervé Ouattara à Clément Sawadogo : « Êtes-vous au courant de ces fraudes ? »

Zéphirin Diabré, candidat annoncé de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), parti d’Opposition, à la Présidentielle de 2020 a souhaité un audit internationale sur le fichier électoral au Burkina Faso. Selon lui, des suspicions de fraudes se font sentir. Mais cet avis n’est pas partagé par Clément Sawadogo, du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir.

L’Union pour le progrès et le changement, à six mois de l’élection présidentielle semble avoir des doutes sur les intentions du pouvoir en place dans la bonne marche du scrutin. Le parti a de sérieux doute quant aux fraudes électorales et indexe le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Clément Sawadogo, vice-président du MPP a réagi suite à ces accusations. « C’est vraiment de l’affabulation pur et simple et moi je vais me permettre de me poser beaucoup de questions sur les motivations qui poussent Monsieur Zéphirin Diabré à avancer cette hypothèse. Je me demande s’il n’y a pas des choses qui se cachent derrière. S’il n’y a pas une volonté de chercher des subterfuges pour dénoncer le système électoral pour des raisons qui lui sont propres », a-t-il fait savoir.

Le vice-président du parti au pouvoir a aussi réaffirmé que « personne au MPP ne va se mettre à concevoir un tel dispositif tout en sachant que nous pouvons gagner les élections sans recourir à la fraude. En 2015, notre parti avait seulement deux années d’existence et nous avons gagné toutes les élections. Donc vraiment je ne sais de quoi ça répond une telle accusation », a-t-il affirmé.

Hervé Ouattara, secrétaire en charge des jeunes du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) a abondé dans le même sens que Zéphirin Diabré. « L’idée est géniale pour ma part et elle mérite toute notre attention. La fraude électorale est une réalité avec les récents évènements de Ziniaré, Yagma bref un peu partout le pouvoir en place fait des pieds et des mains pour un passage en force », a-t-il fait savoir.

Ensuite, Hervé Ouattara a posé certaines questions : « De quoi avez-vous peur Monsieur Clément Sawadogo ? Êtes-vous au courant de ces fraudes ? Pourquoi tant d’explications si vous êtes clean ? ».

Au Burkina Faso, l’élection présidentielle est prévue se tenir le 22 novembre 2020. Elle est couplée à celle législative. Pour le moment, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est sur le terrain pour les enrôlements biométriques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page