Déplacés internes au Burkina Faso : Eddie Kombiogo fait parler son cœur

Le président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) a rendu visite aux déplacés internes du quartier Hamdallaye de Ouagadougou ce 05 juin 2020.L’objet de cette visite était d’apporter du soutien moral et financier à ces déplacés.

Pour Eddie Kombiogo cette visite rentree dans le cadre de la solidarité engagée par son parti à l’égard des déplacés internes. Le cap a été mis sur le quartier Hamdallaye parce que c’est le quartier où vit un très grand nombre de déplacés internes malgré l’inexistence d’un camp officiel de déplacés. « Je suis venu ce matin pour vous apporter le soutien du CDP », a lancé Eddie Koombiogo.

Le président du CDP a durant cette visite condamner les attaques que subissent le Burkina Faso et dont les conséquences au niveau des populations sont énormes. Pour Eddie Kombiogo, ces attaques qui sont à l’origine de la situation des déplacés internes sont dues à l’incompétence du pouvoir en place. « Jamais on a vu un Burkina aussi divisé, frappé, vous contraignant à vous déplacer (…) tout cela est dû au fait que le régime en place, depuis 2016 n’a pas pu gérer et anticiper les attaques terroristes », a-t-il déclaré. Eddie Kombiogo est allé plus loin en qualifiant d’honteuses certaines attaques terroristes qu’a connu le Burkina. « Il y a eu des attaques qui font honte. Il y a eu des attaques entant qu’Homme, même pas politique, à condamner sévèrement. Il s’agit des attaques de Yirgou, de Djibo, de Barsalogho, de Bourzanga, de Tongomayel, de Kompienga et de de Kombienbiga », a-t-il martelé.

Pour pallier ce problème qui ne fait qu’attrister des familles de Burkinabè, Eddie Kombiogo a fait savoir que son parti veille au grain. « Le CDP a fait des propositions concrètes à ce régimes afin que le terrorisme s’arrête. Malheureusement, nous n’avons pas été entendu », a-t-il déclaré.

2 millions de francs offerts

Eddie Kombiogo a remis la somme de 2 millions de francs CFA au représentant des déplacés. Pour lui, ce don est une manière pour son parti le CDP, d’apaiser un tant soit peu, les peines de ces déplacés.

Par ailleurs l’homme fort du CDP tout en exhortant l’ensemble des Burkinabè à ne pas « se laisser emballer par le terrorisme » a passé des messages dans le sens de la cohésion sociale et contre la stigmatisation des populations. « Le Burkina Faso a une cinquantaine d’ethnies. Nous serons contre la stigmatisation des ethnies. Nous aimons aussi bien les Peulhs que les Bobos, les Gourmantchés et les Bissas, les Mossis et les Yadcés, les Samos et les Gourounsis, », s’est-il exprimé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page