Bobo-Dioulasso : Des acteurs culturels s’apprêtent à marcher contre le couvre-feu

Des acteurs du monde de la culture de la ville de Bobo-Dioulasso sont révoltés contre le maintien du couvre-feu au Burkina Faso décrété depuis mi-mars pour lutter contre la maladie à coronavirus.

Le ton est donné par des acteurs culturels (associations de Disc-jockey (DJ), des gérants et managers de maquis et Night-Club) de la ville de Bobo-Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso le mardi 26 mai 2020 à travers une conférence de presse. Pour les organisateurs, cela fait trois mois que les activités nocturnes sont à l’arrêt mettant ainsi des milliers de personnes au chômage.  

Des acteurs culturels de cette ville entendent organiser une marche pacifique le samedi 30 mai 2020 pour exprimer leur indignation et leur incompréhension totale sur le maintien du couvre-feu actuellement au Burkina Faso.  

L’un des organisateurs s’est exprimé. « Le couvre-feu, on l’a tous soutenu et respecté au début car on estimait qu’il avait son sens dans la lutte contre le COVID-19. Mais avec l’évolution actuelle de la situation, rien ne justifie son maintien au vu des dégâts qu’il cause à la population », a fait savoir Diakite Diafodé Kaba Alexandre.

Pour lui, plusieurs magasins et commerces sont cassés et cambriolés aux heures du couvre-feu, plusieurs activités sont à l’arrêt mettant des pères et des mères de famille au chômage technique avec des familles qui peinent à assurer leur pitance quotidienne sans aucun accompagnement du gouvernement.  

Diakite Diafodé Kaba Alexandre prend aussi d’autres exemples. Des sites comme la place Tiefo Amoro (SITARAIL) à Bobo, ce sont des millions de francs de Chiffre d’affaires chaque nuit avec des centaines de travailleurs auxquels dépendent des centaines de familles donc des milliers de personnes, affirme-t-il.

Rappelons que le couvre-feu est toujours en vigueur de 21 heures à 4 heures du matin.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page