Burkina/Mort en détention de 12 présumés terroristes : Le CISC réclame la tête de Chérif Sy

Le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) a tenu un point de presse ce 18 mai 2020 pour se prononcer sur la mort en détention de 12 présumés terroristes à Tanwalbougou, dans la région de l’Est.

Pour le président du collectif, le Dr Daouda Diallo les 12 personnes décédées dans la nuit du 11 au 12 mai 2020 appartenaient toutes à la communautés peulh et ont été exécutées par les éléments des forces de défense et de sécurité aidées par les volontaires pour la défense de la patrie, après avoir été enlevées de force dans la journée et humiliées sur la place publique.

Le CISC rejette la thèse du Procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Fada N’gourma qui dans un communiqué a laissé entendre que ces 12 détenus sont morts dans leur cellule. Pour le Dr Daouda Diallo, les preuves de l’exécution de ces 12 personnes sont non seulement venues des témoignages des survivants mais aussi du frère de l’une des victimes qui aurait aperçu du sang à travers un sachet plastique transparent qui a servi de linceul pour envelopper les corps des victimes. Pour le collectif, cette découverte permet de rejeter l’idée selon laquelle ces 12 personnes sont mortes asphyxiées. Le CISC estime qu’elles sont plutôt mortes de grandes hémorragies.

Le CISC a par ailleurs dénoncé la « stigmatisation » dont est victime la communauté peulh dans la localité. En effet selon le Dr Daouda Diallo, les peulhs de cette localité ont du mal à se déplacer en toute sécurité car ils sont le plus souvent « enlevés et portés disparus ».

Afin de trouver une solution rapide et définitive à cette situation qui n’est pas la première du genre dénoncée par le CICS, le collectif a demandé la démission du ministre de la défense, le relèvement du chef de la gendarmerie de Tanwalbougou, le désarment des civils détenant des armes de guerre et la mise en place d’une commission spéciale d’enquête.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page