Ouagadougou : La CCVC donne de la voix

La coalition contre la vie chère (CCVC) de la ville de Ouagadougou a animé une conférence de presse ce 29 avril 2020 afin de donner son avis sur la gestion de la pandémie de Covid-19 au Burkina Faso.

Selon la coalition les mesures prises par le gouvernement pour faire barrière à la maladie sont des mesures « répressives ». Il s’agit entre autres de l’interdiction de regroupement de plus de 50 personnes, l’instauration du couvre-feu, la mise en quarantaine de certaines villes…Elle estime que ces différentes mesures sont considérées comme étant « suicidaires » par les populations du Burkina qui vivent au jour le jour. Pour la coalition, ces mesures sont la conséquence des différentes manifestations entreprissent par les commerçants de différents marchés de la ville de Ouagadougou exigeant la réouverture des marchés.

Par ailleurs la CCVC a dénoncé les contradictions au niveau du gouvernement sur la gestion de la pandémie. Pour la Coalition cette contradiction est le signe la mauvaise gestion. « On flairait déjà de l’affairisme dans cette affaire de gestion de la Covid-19 ; en témoignent les incohérences sur la question du budget du plan de riposte… », s’est exprimé Dominique Yaméogo, porte-parole.

Aussi la Coalition considère que la contribution du chef de l’Etat et des membres du gouvernement est un non évènement. « Cela ne signifie rien car le président du Faso, le premier ministre, le président de l’assemblée nationale ont tous des caisses noires. Le Président du Faso, le premier ministre, les autres membres du gouvernement sont tous logés, véhiculés, bénéficient de personnel domestique et ont des frais de communication. Que perdent ils en renonçant à quelques mois de salaires ? Absolument rien », a martelé Dominique Yaméogo.

La CCVC appelle le gouvernement à mettre en place une prise en charge correcte des agents de santé qui constitue selon elle, un élément indispensable. La Coalition exige également de la part du gouvernement de mettre à la disposition des populations des produits de première nécessité en quantité et en qualité à des coûts accessibles. Pour finir la CCVC à interpeler les autorités sur la prise de mesures idoines en rapport avec le degré de la pandémie en équipant les services de santé, en augmentant les centres de dépistage et en mettant à la disposition des patients les produits nécessaires à leur traitement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page