[Édito] Le Burkina face au Covid-19: Le confinement loin d’être une panacée

Le confinement général est loin d’être la solution idéale encore moins universelle face au Covid-19. La gestion de cette pandémie nécessite que chaque pays prenne en compte ces réalités, non seulement économiques mais aussi sociales afin de pouvoir adopter des solutions adéquates. Ce n’est pas parce que la France a décidé de confiner toute sa population que le Burkina va aussi le faire. Le confinement ne marche pas toujours. Faisons une comparaison entre New-York et la Corée du Sud.

La ville de New-York enregistre environ 21 millions d’habitants. Donald Trump, qui avait refusé le confinement total au départ, a fini par céder. New-York, la ville qui ne dort jamais dort 24h/24 depuis maintenant une vingtaine de jours. Cependant, le nombre des cas de contamination ne fait qu’augmenter. A la date du 05 mars 2020, l’Etat enregistrait 122 031 cas confirmés avec 16 479 patients actuellement hospitalisés.

Par contre, la Corée du Sud n’a pas opté pour le confinement général. Malgré sa proximité avec la Chine, le pays a pu contenir la maladie en élaborant sa propre stratégie. Il s’agissait de fait des tests massifs.10 000 tests étaient effectués par jour. Les cas confirmés sont confinés à domicile et leurs voisins prévenus de leur état de santé. Les voyageurs arrivant des zones touchées sont enregistrés et suivis pendant un moment.

Etre franc

Il faudrait être franc pour une fois et laisser de côté  la recherche effrénée de la satisfaction des petits intérêts égoïstes et reconnaître que le confinement ne marchera pas. On ne pourra pas enfermer les gens chez eux, sans argent ni nourriture. 

A un moment donné, l’instinct de survie va les emmener à sortir. Malgré la présence des prédateurs dans les environs, la lionne partira en chasse toujours pour nourrir ses petits ; car mieux vaut mourir au combat plutôt que de la faim. On nous dira que le président du Faso a pris des mesures sociales pour amoindrir les conséquences du confinement. Quand on sait que l’Etat ne compte que sur les partenaires financiers et techniques pour l’opérationnalisation de ce plan, on sait déjà qu’il est parti pour être difficile à boucler.

Le Burkina Faso doit impérativement opter pour un dépistage massif de la population et arrêter la discrimination actuelle qui existe à ce niveau. Il faut mettre les moyens pour y parvenir. Le dépistage va nécessiter d’avoir les tests en quantité suffisante. Pour ce faire, l’Etat peut et doit revoir son plan de riposte et remplacer la case « location d’hôtel à 50 000  F CFA» par « commande de tests rapides ». Le Sénégal est actuellement en négociation avec une entreprise britannique pour commander des tests rapides et fiables massivement, qui vont coûter moins de 1 dollar l’unité.

Associer les cliniques privées

Par ailleurs, il est nécessaire pour l’Etat d’associer les cliniques privées à cette lutte contre le Covid-19. En effet, autorisation devrait être donnée à toutes les cliniques qui ont les moyens de le faire, de commander des tests et de les mettre à la disposition des personnes qui le désirent. Le président a décrété l’état d’urgence sanitaire et on se permet de mettre une pharmacie sous scellée parce qu’elle faisait des tests. Exceptionnellement, il est important d’abandonner les prises de décisions paradoxales et agit pour l’intérêt réel du peuple. Lorsqu’on est en urgence sanitaire, tout acte, entrant dans le cadre de l’amélioration de la situation sanitaire est salutaire.

Mieux communiquer

Pour le moment, on peut opter pour un confinement sélectif. Il s’agira de confiner les personnes à risque, c’est-à-dire les personnes âgées et les personnes souffrant de maladie de comorbidité (diabète, hypertension, etc.)

Pour finir, la communication sur le Covid-19 doit prendre en compte toutes les couches sociales de la population. Il faudrait que l’information soit proche et accessible. Pour ce faire, il est important que les crieurs publics soient mobilisés à travers les provinces pour faire passer les messages de sensibilisation. 

Le Covid-19 est une réalité et pour pouvoir le vaincre, il faudrait être réaliste et surtout honnête. Pour une fois qu’il est question de pandémie, pour une fois qu’il est question d’une situation qui échappe même aux pays dits développés, ce n’est pas une conférence téléphonique avec un Emmanuel Macron qui pourra pondre d’une solution adéquate, conforme à nos quotidiens et nos réalités.

Les grands hommes ne naissent pas grands. Ils le deviennent au fil du temps en réussissant à prendre des décisions importantes pour sauver les personnes qui croient en eux et qui comptent sur eux.

Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page