851 infractions constatées sur 789 véhicules : Le ministère chargé des transports fait le point de 72 h de contrôle

Du 27 au 29 juin 2024, un contrôle routier a été organisé par le ministère en charge des transports sur six axes routiers au Burkina Faso. Selon les chiffres du ministère, 969 véhicules ont été contrôlés et 789 véhicules, soit 81,5% de ces engins étaient en infraction. Le point a été fait à la presse ce 02 juillet 2024 à Ouagadougou.

Durant 72 heures, des agents de contrôle ont été déployés sur six axes routiers que sont la route nationale n°1, 2, 3, 4, 5, et 6. 851 infractions ont été constatées sur 789 véhicules. Ces infractions ont été relevées sur 315 véhicules de transport et 474 véhicules particuliers. L’excès de vitesse arrive en tête avec 39,72% des cas d’infraction, « suivi du défaut de boîte à pharmacie avec 18,68% », selon Joseph Sawadogo, directeur de cabinet du ministère en charge des transports.

Ce contrôle inopiné a été mené conjointement par l’Office national de la sécurité routière (ONASER), le Centre de contrôle des véhicules automobiles (CCVA), et la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM). Il visait essentiellement à réprimer les comportements à risque qui mettent en danger les populations après plusieurs années de sensibilisation pour réduire le nombre d’accidents et instaurer une culture du respect du code de la route.

Joseph Sawadogo, directeur de cabinet du ministère en charge de la sécurité routière-©Faso7

Les autorités estiment qu’il est enfin temps « de passer à une phase plus contraignante », et de « réprimer tout comportement à risque en matière de circulation routière avec un regard particulier sur les véhicules de transport en commun afin de prévenir les accidents de la circulation (…) », a dit Joseph Sawadogo. Ces contrôles ont porté entre autres sur la vitesse, le certificat de visite technique des véhicules, le permis de conduire, l’attestation d’assurance, la boîte à pharmacie et bien d’autres.

Cette opération n’est qu’un avant-goût des contrôles qui seront effectués dans les jours à venir, a assuré le directeur de cabinet. « Il est de la responsabilité de l’autorité d’exercer son rôle régalien. Celui de faire le contrôle, d’amender, de réprimander tout contrevenant », a souligné le directeur de cabinet. Par conséquent, des patrouilles de surveillance du trafic routier seront effectuées plus régulièrement.

Il convient de souligner qu’entre 2019 et 2023, plus de 5 000 usagers de la route ont perdu la vie. Et en ce qui concerne l’année 2024, au premier trimestre, 5 542 accidents de la route ont été enregistrés causant 295 morts et 3 799 blessés. Rien qu’à la date du 1er juillet 2024, la route nationale n°1 a été le théâtre d’un accident de la circulation impliquant un car de transport en commun. Le bilan provisoire des soldats du feu faisait état de « 3 pertes en vies humaines et 17 blessés dont 6 en urgence absolue ».

Bamboado Edwige OUOBA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page