Coopération : L’ambassadeur de la république du Tchad visite l’École nationale d’administration et de magistrature du Burkina Faso

L’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM) a reçu la visite de l’ambassadeur de la République du Tchad au Burkina Faso, Mahamat Salet Adoum Ahmat, ce jeudi 27 juin 2024. Au cours de cette visite de courtoisie, il a été question pour l’ambassadeur et sa délégation, de s’imprégner du mode de fonctionnement de l’école, de visiter des salles de cours et d’échanger avec le personnel et les élèves tchadiens de l’ENAM.

Après l’école nationale des régies financières (ENAREF), l’école nationale de police nationale (ENP) et l’institut 2IE, c’est au tour de l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de recevoir la visite de Mahamat Salet Adoum Ahmat, ambassadeur de la république du Tchad. Compte tenu de la qualité d’enseignement en matière d’administration et de la réputation que possède l’ENAM, l’ambassadeur du Tchad à dit trouver nécessaire d’adresser ses encouragements, et ce, d’autant plus qu’ils sont nombreux les élèves tchadiens qui y sont.

De 2014 à 2023, ce sont environ 150 élèves tchadiens qui ont été formés dans différentes filières notamment l’administration générale, l’économie rurale et la coopération, la justice et la police, la législation financière et comptable. Pour Mahamat Salet Adoum Ahmat, au retour des élèves dans leur pays d’origine, force est de constater que ces derniers se démarquent positivement, car nantis de connaissances théoriques et pratiques. Au regard des résultats satisfaisants, il a souhaité que l’ENAM puisse s’agrandir en s’installant dans d’autres pays.

« L’ENAM est une référence aujourd’hui non seulement au Burkina, mais nous le sentons, parce qu’il n’y a pas mal de Tchadiens qui étaient promus ici et qui transmettent des connaissances fidèlement. Nous avons voulu venir échanger avec l’équipe dirigeante et nous saluons au passage parce qu’ils abattent beaucoup d’effort », a-t-il indiqué.

«L’ENAM est une référence aujourd’hui» (Mahamat Salet Adoum Ahmat)

A côté de ses encouragements, le visiteur du jour a souligné sa disponibilité à accompagner l’école d’administration à relever certaines difficultés. En termes de suggestions, il a souhaité qu’il ait un échange de corps professoral de l’ENAM Burkina Faso et celui du Tchad. Il dit trouver en cette initiative, une manière de permettre à ces enseignants de voir comment les choses se font à l’extérieur.

Dr Jacob Yarabatioula, Directeur général de l’ENAM a rassuré son hôte de travailler à prendre en compte les différentes préoccupations qui ont été émises. Pour lui, c’est une grande chance de recevoir la visite de cette personnalité venue constater de visu le travail abattu. De ses dires, cela témoigne de la volonté de l’ENAM de former une ressource humaine de qualité pour le Burkina Faso et pour toute l’Afrique. Il s’est aussi réjoui de savoir que l’ambassadeur tchadien reconnaît la qualité de l’enseignement dispensé à travers les élèves tchadiens.

Dr Jacob Yarabatioula, Directeur général de l’ENAM-©Faso7

« Je pense aussi que cette visite s’inscrit dans une démarche panafricaniste, parce que le Tchad a maintenant une École nationale d’administration, mais continue également de nous envoyer des stagiaires. Je pense que c’est cet esprit panafricaniste qu’il faut construire, qu’il faut continuer d’encourager. Si nous faisons quelque chose de bien, si nous faisons quelque chose de meilleur, les autres pays africains peuvent nous faire confiance en envoyant des stagiaires », a-t-il conclu.

Cheick Habib Désiré BAYILI 

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page